LANTHEAUME Louis, Henri

Par Emmanuel Hagen, Claude Pennetier

Né le 9 août 1894 à Menglon (Drôme), mort le 10 janvier 1950 à Paris (IIIe arr.) ; chef de service au ministère de la Guerre ; militant socialiste ; maire de Choisy-le-Roi (Seine, Val-de-Marne) de 1947 à 1948.

Fils d’un cultivateur et d’une repasseuse, Louis Lantheaume était chef de service au ministère de la Guerre en 1947. Il s’était marié le 11 novembre 1943 à Choisy-le-Roi avec Marie-Madeleine Nemery.

Il se présenta sans succès sur la liste de la Libération action socialiste et démocratique du Docteur Léger aux élections municipales du 29 avril 1945 à Choisy-le-Roi.

Il fut élu conseiller municipal de Choisy-le-Roi le 19 octobre 1947 (2 socialiste, 10 RPF, 2 MRP, 13 communsites) et l’assemblée le désigna le 26 octobre aux fonctions de maire avec le soutien des voix du RPF (Rassemblement du peuple français). Il succédait ainsi au communiste Alfred Lebidon. Il cessa ses fonctions dès le 10 juin 1948 en raison de son état de santé. Marcel David lui succéda à la première magistrature municipale.

Lors du conseil municipal du 26 février 1948, Lebidon lu un compte rendu de la commission d’épuration de Quimper concernant Lantheaume. Sa déclaration ne fut par reprise dans le compte rendu officiel. Ménard intervint à la séance du 13 juin 1948 et fit mettre au compte rendu le texte suivant :

Commission départementale d’épuration (sous-commission de Quimper)
Extrait du Registre de délibération (11 avril 1945)
La Commission
"Considéranr que Me Lantheaume Louis, ex.directeur du service du travail obligatoire à Quimper, a été nommé à ce poste par le Gouvernement de Vichy, alors que rien ne semblait l’y désigner, si l’on considère qu’il tenait et tient encore un café à Choisy-le-Roi.
Considérant que Mer Lantheaume, bien qu’ayant déclaré dès son arrivée à ses Employés, qu’il avait des sentiments très résistants, se révèle, au contraire, très rapidement, comme un homme extrêmement douteux et capable du pire pour assouvir ses vices.
Considérant que lors du cambriolage des archives du STO, par la Résistance, Mr Lantheaume s’empresse d’en aviser la Gestapo, ce qui détermine une enquête et l’arrestation et la déportation de deux employés du STO, et l’internement pendant trois mois d’une employée de ce même service dont il se méfie par la suite au point de lui interdire toute participation à l’établissement des cartes de travail.
[...]
Considérant que Mr Lantheaume prétend que son Service a rendu d’immenses services aux réfractaires du Finistère, ce qui est parfaitement exact, mais demande quelques explications, savoir que se sont essentiellement les Employés du STO, aujourd’hui déportés ou non, qui établissaient les fausses cartes de travail".

La commission demanda qu’il ne soit pas maintenu dans l’administration.

Ce document, qui porte la marque de la période d’épuration, pourrait être, autant que la maladie, une raison de l’absence du maire au conseil municipal du 13 juin 1948 puis de sa démission.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article74993, notice LANTHEAUME Louis, Henri par Emmanuel Hagen, Claude Pennetier, version mise en ligne le 24 octobre 2009, dernière modification le 8 février 2013.

Par Emmanuel Hagen, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2426. — Arch. com. Choisy-le-Roi. — G. Blanc-Césan, Les maires du Val-de-Marne, 1988. — État civil de Menglon.

Version imprimable Signaler un complément