MOREAU Daniel

Par Pierre Vincent

Né le 7 novembre 1927 à Paris (XVe arr.), mort le 1er septembre 2005 ; ouvrier professionnel ; membre de la direction de la Fédération CGT des cheminots (1959-1979) ; membre du Conseil économique et social (1969-1982).

Issu d’un milieu ouvrier engagé, Daniel Moreau est le fils d’un ajusteur-outilleur à la Compagnie des compteurs de Montrouge (Seine) et d’une sableuse de l’entreprise Thomson-Houston à Paris, tous deux membres du PCF et militants de la CGT. Sa sœur se maria à un agent de conduite, membre du PCF et militant actif de la CGT. Daniel Moreau fit ses études primaires à Montrouge et un début d’études secondaires au collège Lavoisier à Paris (Ve arr.), avant de devenir apprenti au dépôt SNCF de Montrouge où il obtint un CAP d’ajusteur en 1945. Il fut ouvrier qualifié jusqu’en 1959 au dépôt de Montrouge. Devenu permanent syndical, il fut technicien d’entretien par la suite, avant de prendre sa retraite professionnelle en 1982.
Adhérant à la CGT en septembre 1944, il devint délégué du personnel et secrétaire du secteur de Paris-Ouest-Rive gauche de 1954 à 1959. De 1959 à 1979, il devint responsable de la Fédération des cheminots CGT, d’abord comme secrétaire de l’Union Ouest, auprès de Léon Treins, puis comme membre du bureau fédéral au congrès d’avril 1963. Il prit en charge l’éducation et surtout les études économiques, où il donna sa pleine mesure. Autodidacte, il sut se hisser à un niveau de connaissances qui en fit un spécialiste compétent et écouté. Il fut membre du secrétariat fédéral et participa à de nombreuses négociations. Il représenta la CGT à la commission des transports du commissariat général du Plan de 1961 à 1974 et fut membre du Conseil supérieur des Transports de 1965 à 1975.
Membre du Conseil économique et social, groupe des travailleurs CGT de 1969 à 1982, il fut le vice-président de sa section cadre de vie de 1974 à 1982. Après 1979, il consacra le principal de son activité au Conseil économique et social, notamment dans le domaine des activités culturelles. Ainsi, il fut le fondateur et le premier président du Conseil supérieur de la musique de 1982 à 1992. Membre du Conseil supérieur de la danse de 1987 à 1990, il fut l’organisateur des premières Assises européennes de la musique à Strasbourg en 1992. Il fut également fondateur de la Conférence européenne de la musique et administrateur de l’Orchestre de Paris, ainsi que membre associé de la fondation Maurice Ravel.
Sur le plan politique, Daniel Moreau participa à la construction des barricades lors de l’insurrection pour la libération de Paris en août 1944. Il adhéra aux Jeunesses communistes en novembre 1944 et au PCF l’année suivante. Secrétaire de la section de Montrouge de 1950 à 1953, il fut successivement membre, de 1950 à 1962, du bureau fédéral de la Fédération de la Seine du PCF, puis du comité fédéral de la Fédération Seine-Sud et de la Fédération du Val-de-Marne. Conseiller municipal de Montrouge en 1958-1959, il collabora à la section économique et fut membre du comité de rédaction de la revue Économie et politique.
Daniel Moreau fut décoré chevalier de la Légion d’honneur, officier du Mérite national et commandeur des Arts et lettres. Marié à Raymonde Garber, fille d’immigrés russes arrivés en France en 1913, responsable de l’Union des jeunes filles de France (UJFF) et de l’Union de la Jeunesse républicaine de France (UJRF) en 1945, puis membre du PCF et militante active de la CGT, Daniel Moreau et elle ont eu une fille.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article6877, notice MOREAU Daniel par Pierre Vincent, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 20 janvier 2018.

Par Pierre Vincent

ŒUVRE : Nombreux travaux sur la politique du transport. — Rapport sur Les perspectives de la musique et du théâtre lyrique en France, adopté à la quasi-unanimité par le Conseil économique et social en novembre 1980.

SOURCES : Arch. PPo, SNCF S26. — Arch. Fédération CGT des cheminots. — La Tribune des cheminots. — Comptes rendus des congrès fédéraux. — Notes de Jean-Pierre Bonnet, de Marie-Louise Goergen et de Georges Ribeill. — Renseignements communiqués par Daniel Moreau.

Version imprimable Signaler un complément