PERCY (abbé)

Curé d’Acon (Eure). Interdit par l’évêque d’Evreux pour ses opinions démocratiques. Il raconta l’affaire dans la Démocratie pacifique du 16 février 1849. Le 19 avril suivant, dans le même journal, il écrivait : « Je suis socialiste par mes sentiments d’homme de cœur et par ma foi de prêtre catholique. » Il proposait, pour amener le bas clergé au socialisme, de le libérer de la tutelle de la hiérarchie. Le 29 avril 1849, il assista, en soutane, au banquet des prêtres socialistes, organisé par Démocratie pacifique avec l’abbé Tranchant et l’abbé de Montlouis. Vice-président du banquet, il déclara : « Cette société mensongère, orgueilleuse, égoïste périra, et il en sortira une autre organisée sur les bases éternelles de la vérité, de l’équité et de la fraternité. » Voir Hennequin Victor*, abbé de Montlouis*, abbé Tranchant*.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article35959, notice PERCY (abbé), version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 26 juin 2018.

SOURCE : J.-B. Duroselle, Les Débuts du catholicisme social en France, 1822-1870, p. 400.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément