NÉGRIER Michel

Né vers 1826 à Saint-Léonard (près d’Angers, Maine-et-Loire), y demeurant. Ouvrier carrier, il fut arrêté à la suite de l’émeute fomentée par la Marianne (nuit du 26 au 27 août 1855). La cour d’assises le condamna, le 16 octobre 1855, à trois ans de prison. Le 2 novembre suivant, pour la même affaire, le tribunal correctionnel d’Angers lui infligea deux mois de prison et cinq ans de privation de droits civiques. Voir Attibert François*, Blet François* et Secrétain Jean-Marie*.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article35495, notice NÉGRIER Michel, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Nat., BB 30/413, P. 1247, BB 30/437. — F. Simon, La Marianne, société secrète au pays d’Anjou, Angers, 1939, p. 108.

Version imprimable Signaler un complément