LAHR Nicolas ou LHAR Nicolas

Né vers 1819 à Moersdorff (Belgique) ; insurgé de Juin 1848 à Paris ; guillotiné le 17 mars 1849 pour avoir participé à l’exécution du général Bréa.

Âgé de 29 ans en 1848, né à Moersdorff (Belgique), mais qualifié parfois d’Allemand, demeurant à Ivry-sur-Seine, 10 rue Nationale, Barrière des 2 Moulins, Nicolas (prénom peu usuel en Allemagne) Lahr, ouvrier "allemand" (belge ?) du bâtiment, pompier de la garde nationale mais, en même temps, lorsqu’il régalait ses compagnons, il portait des toasts « au petit Tondu » — ils étaient nombreux à Paris vers 1848, remuants, belliqueux, conspirateurs à partager le souvenir napoléonien. Nicolas Lahr travailla avec Martin Nadaud. Il criait : « Vive la Sociale ! » et aurait même marché aux cris de « Vive Napoléon ». Son socialisme était mâtiné de césarisme.
Combattant de Juin, il fut guillotiné le 17 mars 1849, pour avoir participé à l’exécution du général Bréa. (Martin Nadaud, Mémoires de Léonard, édition Follain et Duveau.) Voir Henri Daix, également guillotiné. Chargé de la répression lors des journées de juin 1848, le général Jean-Baptiste Bréa avait été fusillé par les insurgés le 25 juin, à la barrière de Fontainebleau.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article33150, notice LAHR Nicolas ou LHAR Nicolas, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 27 juillet 2019.

SOURCES : Base de données des inculpés suite à l’insurrection de juin 1848.- Victor Marouck, Juin 1848, Paris, Spartacus, 2019, pp. 108, 110. — Spartacus. Cahiers édités par les Amis de Spartacus. Série B N° 202.- Gazette des Tribunaux, 2 février 1849.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément