LAHR ou LHAR

Ouvrier allemand du bâtiment mais, en même temps, lorsqu’il régalait ses compagnons, il portait des toasts « au petit Tondu » — ils étaient nombreux à Paris vers 1848, remuants, belliqueux, conspirateurs. Lahr travailla avec Martin Nadaud. Il criait : « Vive la Sociale ! » et aurait même marché aux cris de « Vive Napoléon ». Son socialisme était mâtiné de césarisme.
Combattant de Juin, il fut guillotiné le 17 mars 1849, pour avoir participé à l’exécution du général Bréa. (Martin Nadaud, Mémoires de Léonard, édition Follain et Duveau.) Voir Daix*.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article33150, notice LAHR ou LHAR , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.
Version imprimable Signaler un complément