CÈZE Paul

Par Jacques Girault

Né le 6 octobre 1922 à Veynes (Hautes-Alpes) ; instituteur ; militant syndical et politique ; maire communiste de Carnoules (Var) de 1959 à 1971.

Son père, cheminot entré comme manœuvre à la compagnie du Paris-Lyon- Méditerranée à Carnoules depuis 1921, père de six enfants, devint chauffeur puis mécanicien tout en étant militant syndical et communiste. Paul Cèze ne reçut pas de sacrements religieux, fréquenta l’École primaire supérieure de Brignoles et entra à l’École normale d’instituteurs de Draguignan (Var) en 1939. À partir de janvier 1942, il fut successivement rattaché à l’Institut pédagogique de Nice, effectua des stages dans des classes et enseigna, en octobre-novembre, à Esparron (Haut-Var). Incorporé dans les Chantiers de Jeunesse en novembre 1942, affecté au groupement 13 à Cavaillon (Vaucluse) qui effectuait des coupes de bois dans le Lubéron, réquisitionné dans le cadre du Service du travail obligatoire en Saxe en mai 1943, il fut libéré le 13 avril 1945 par les troupes américaines et rapatrié un mois plus tard.
Cèze occupa un poste d’instituteur à l’école puis au cours complémentaire de Carnoules (1946) avant de devenir professeur d’enseignement général au collège d’enseignement général de la commune jusqu’à sa fermeture en 1968. Il devint alors directeur de l’école primaire de Carnoules où il termina sa carrière en 1978. Il prit la responsabilité, par la suite à titre bénévole, de la bibliothèque municipale et de l’éducation artistique au Centre culturel communal. Il se maria en juillet 1953 dans la commune.
Membre du Syndicat national des instituteurs, candidat pour le conseil syndical sur la liste « unité d’action et CGT », Cèze fut battu dans le canton, en décembre 1948, recueillant 8 voix sur 28 votants. Il fut élu deux ans plus tard sur la « liste CGT », puis réélu en 1954, sur la liste « d’union et d’action présentée par les cégétistes ».
Membre du Parti communiste depuis octobre 1947, secrétaire de la cellule communiste de Carnoules (1948-1953, 1971-1992), membre du comité, puis du bureau de la section communiste de Cuers, Cèze, conseiller municipal et premier adjoint (1953-1959), fut un des candidats envisagés pour l’élection cantonale de 1958. Le bureau fédéral préféra présenter Guy Guigou*. Cèze devint maire de la commune en mars 1959 et le demeura pendant deux mandats. En mars 1971, il laissa la place à son frère Henri Cèze*.
Paul Cèze pouvait alors s’adonner pleinement à la peinture et à l’écriture. Il avait exposé ses peintures pour la première fois en 1963. Par la suite, il ne se passa pas une année sans exposition de ses œuvres, dans le Var et à l’étranger (Allemagne, Suisse, Canada). Il obtint des prix (Grasse, Beaucaire, Hyères, Cannes, Le Lavandou). Il écrivit dans les années 1990 plusieurs ouvrages aux Éditions de Haute-Provence, illustrés par ses dessins (Mais où sont les neiges d’antan (Vie rurale en Haute-Provence), Un enfant du Verdon, Chronique des années noires, Le légendaire Train des Pignes, Carnoules au temps de la vapeur).
Paul Cèze était marié et père d’un enfant.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article19188, notice CÈZE Paul par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. PCF. — Presse syndicale et locale — Renseignements fournis par l’intéressé. — Sources orales.

Version imprimable Signaler un complément