CHEN Yannian 陳延年

Par Jacques Manent

Né en 1898 dans le xian de Huaining (Anhui méridional), mort le 4 juillet 1927 ; fils aîné de Chen Duxiu ; cofondateur de la branche française du P.C.C., membre du C.C. et cadre du Parti en Chine méridionale ; exécuté par le G.M.D. à Shanghai en 1927.

L’historiographie officielle de la R.P.C. a conservé du fils aîné de Chen Duxiu (陳獨秀) une image favorable : elle le dépeint comme ayant été fortement hostile à « l’opportunisme » de son père. L’influence de ce dernier fut cependant prépondérante car, élevé au gré des voyages du fondateur du P.C.C., habitué très jeune à la fréquentation des milieux révolutionnaires, Chen Yannian a pour ainsi dire trouvé l’engagement révolutionnaire dans son berceau. En 1920 il part, avec son frère cadet Chen Qiaonian, étudier en France dans le cadre du programme mi-travail mi-étude (voir Li Shizeng (李石曾)). Mais c’est surtout aux activités politiques que les deux frères consacrent leur temps. Avec plusieurs compagnons, au nombre desquels figurent Cai Hesen (蔡和森) et Zhao Shiyan (趙世炎), ils fondent à l’été 1922 une section française du P.C.C. Chen Yannian s’y dévoue à temps complet, assurant même la publication d’une feuille miméographiée, intitulée Shaonian (Jeunesse), qui circule dans la plupart des milieux chinois d’Europe et à laquelle contribue notamment Zhou Enlai (周恩來). A la fin de cette même année 1922, Chen part pour l’Union soviétique et entre à l’Université d’Orient (voir Peng Shuzhi). Il n’en revient qu’au début de 1925 et retrouve alors son père, depuis trois ans secrétaire général du P.C.C. Il reçoit la direction du comité régional du Parti pour le Guangdong, fonction dont il s’acquitte avec efficacité : en quelques mois, il se retrouve à la tête du plus important et du mieux structuré des comités régionaux du P.C.C. L’influence en est considérable aussi bien dans les milieux communistes qui militent au sein du G.M.D. que parmi les ouvriers qui participent à la grande grève de Shanghai et Canton à la suite de l’incident du 30 mai 1925 (voir Su Zhaozheng).
Lorsque commence l’Expédition du Nord, Chen reste à Canton. En avril 1927, il rejoint cependant Wuhan où se tient le Ve congrès du P.C.C., qui l’élit à son C.C. Au même moment, Chiang Kai-shek démantèle l’appareil du Parti et les syndicats de Shanghai. Devant la nécessité de reconstituer le Comité provincial du Jiangsu-Zhejiang, Chen est envoyé dans la place pour succéder à Luo Yinong (羅亦農). Mais il est arrêté par le G.M.D. dès son arrivée et exécuté dans les derniers jours de juin.
Son frère cadet Chen Qiaonian devait connaître un destin aussi tragique. Après avoir suivi longtemps son aîné en France puis en U.R.S.S., il fut capturé dans le Hubei et exécuté par le G.M.D en janvier 1928.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article180829, notice CHEN Yannian 陳延年 par Jacques Manent, version mise en ligne le 12 octobre 2016, dernière modification le 13 février 2017.

Par Jacques Manent

SOURCES : Outre KC, voir Brandt (1965) et interview de Peng Shuzhi, notamment pour la réaction des communistes cantonais au coup du 20 mars 1926.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément