NIQUET Ferdinand, Henri [Dictionnaire des anarchistes]

Par Marianne Enckell

Né à Auxerre (Yonne) le 24 août 1866 ; graveur sur bijoux ; antimilitariste et anarchiste.

Ferdinand Niquet (1894)
Ferdinand Niquet (1894)
Album Bertillon, 1894.

En août ou septembre 1886, Ferdinand Niquet, membre de la Jeunesse anarchiste du XXe arr., avait été, avec notamment Emile Bidault*, O. Jahn*, Tortelier* et Murjas*, l’un des fondateurs de la Ligue des antipatriotes à Paris. Celle-ci eut des sections à Paris, Nîmes, Amiens au moins, et une section de langue italienne. Un an plus tard, l’affichage d’un placard « Aux conscrits » valut à Niquet deux mois de prison (et un an par contumace à Georges Deherme).

Le 16 octobre 1887, en sortant de la réunion restreinte ayant suivi un meeting de solidarité avec les anarchistes de Chicago, salle Favié à Paris, il fut arrêté avec Emile Méreaux*, et passa quelque temps en prison.

Déserteur, il se réfugia en Suisse, d’abord à Genève, d’où il fut expulsé en juillet 1889 avec Perrare*, Bordat*, Philippot, à cause d’une intervention tumultueuse de sa part lors d’une assemblée de déserteurs. Il obtint toutefois de rester à Genève avec un permis de séjour provisoire. En décembre 1890, il fut entendu par le procureur de la Confédération pour avoir affiché le 11 novembre « des pamphlets concernant les anarchistes de Chicago » (voir Ardène).

Expulsé définitivement du canton de Genève en mai 1891, pour s’être montré violent lors de la manifestation du Premier Mai et pour instigation à la révolte, il rejoignit La Chaux-de-Fonds où il retrouva son ami Emile Bidault*. Il fut peut-être un des auteurs de la brochure Les anarchistes et ce qu’ils veulent (1892), avec Albert Nicolet*, Alcide Dubois* et Jules Coullery*.

A la fin de 1893, il fut impliqué dans la prétendue découverte d’une bombe au domicile de Von Gunten avec « Bidaux », mais tous deux étaient déjà en Angleterre en janvier 1894.

En septembre 1894 son nom et sa photographie figuraient sur une liste d’anarchistes établie par la police des chemins de fer en vue de la « surveillance aux frontières ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article156263, notice NIQUET Ferdinand, Henri [Dictionnaire des anarchistes] par Marianne Enckell, version mise en ligne le 6 mars 2014, dernière modification le 23 janvier 2019.

Par Marianne Enckell

Ferdinand Niquet (1894)
Ferdinand Niquet (1894)
Album Bertillon, 1894.

SOURCES : Arch. féd. suisses, E21 14096. — Journal de Genève, 26.7.1889 , 6.5.1891. — La Liberté, 10.12.1890. — Album Bertillon. — Nettlau, Geschichte der Anarchie IV (Die erste Blütezeit der Anarchie, 1886-1894), p. 216-217. — David Burkhard, La répression des anarchistes dans le canton de Neuchâtel au temps de la propagande par le fait (1878-1895), mémoire de licence, Université de Neuchâtel, 2010. — notes de Rolf Dupuy.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément