OGIER (ou AUGIER) Philippe [Dictionnaire des anarchistes]

Par Laurent Gallet

Né le 2 septembre 1859 à Vienne (Isère) ; ébéniste ; anarchiste lyonnais.

D’abord socialiste révolutionnaire indépendant à la fin des années 1880, Philippe Ogier assiste aux réunions du groupe de la Guillotière et des Brotteaux en 1891. La même année, il rédigea un projet d’affiche pour le compte du groupe des anti-patriotes de la région de l’Est à l’occasion des conférences de Sébastien Faure*.

Perquisitionné le 30 mars 1892 en même temps que 38 autres anarchistes lyonnais, il fut impliqué dans une poursuite pour association de malfaiteurs en avril-mai 1892. En conséquence, il fut arrêté lors de la grande rafle du 22 avril qui conduisit à 29 arrestations en prévision du premier mai et du procès de Ravachol* tous deux approchants. Libéré dès le 2 mai, il partit pour un mois à Vienne.

En 1893, il assiste aux nombreuses réunions préparatoires au lancement du journal L’Insurgé.

Les 19 et 20 février 1894, une semaine après l’explosion du café Terminus, la police perquisitionna une cinquantaine de militants locaux. Ogier n’y échappa que parce que la police le croyait parti pour Dijon depuis 3 semaines.

Toujours signalé sur les listes d’anarchistes à surveiller entre 1895 et 1898, il fréquenta avec assiduité les réunions du groupe Germinal (1900-1903). Dans Le Flambeau, de Vienne, du 15 septembre 1901, le nom d’Augier du groupe Germinal figure parmi les souscripteurs au bénéfice du journal. En 1902, en vue d’une propagande à mener à l’approche des élections législatives de 1902, Ogier communiqua au groupe Germinal un manifeste abstentionniste qu’il avait rédigé.

Assidu aux réunions politiques, il n’y prenait pratiquement jamais la parole sauf lors des assauts de chant. Il entonna ainsi des vers libertaires lors du réveillon révolutionnaire de 1887, des anniversaires de la Commune (1892-1893-1894-1899), de l’anniversaire de l’exécution de Ravachol (1893) ou de celui de l’exécution des martyrs de Chicago (1893). Il semblait avoir une affection toute particulière pour la chanson de Riemer, Le Vagabond.

Un Ogier est dit rédacteur de La Lutte en 1883 et le même (?) membre du groupe rationaliste de la morale positive la même année. Il ne semble pas y avoir identité avec Philippe.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155937, notice OGIER (ou AUGIER) Philippe [Dictionnaire des anarchistes] par Laurent Gallet, version mise en ligne le 30 mars 2014, dernière modification le 30 mars 2014.

Par Laurent Gallet

SOURCES : Le Flambeau n°2 — Arc. Dép. Rhône 4M309, 4M310, 4M311, 4M312, 4M315, 4M320, 4M321, 4M256, 10M372.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément