Né le 21 octobre 1858 à Saint-Josse-Ten-Noode (Belgique). Ouvrier sculpteur ; militant anarchiste du Brabant.

Henri Willems était l’administrateur du Libertaire (Saint-Josse-Ten-Noode, 11 numéros du 23 octobre 1893 au 10 mars 1894) publié par un groupe de jeunes ouvriers libertaires et tiré à 4000 exemplaires. Il fut également l’administrateur du numéro de 1894 du journal annuel L’Antipatriote (Saint Josse Ten Noode) dont un numéro avait déjà été publié en 1892 par Albin Villeval. Suite à ce numéro, dont le sous-titre était « Plus de frontière, l’Humanité libre ! », Willems et l’imprimeur Charles Herkelboeck furent poursuivis.
En février 1894 la police au cours d’une perquisition saisit la machine à imprimer du Libertaire et de L’antipatriote et de nombreux exemplaires de ces journaux. Le 5 avril Willems fut condamné par contumace à quatre ans de prison et 1000 fr. d’amende. Le 20 avril suivant il fut condamné à une nouvelle peine de deux ans de prison et 1000fr d’amende par la Cour d’assise du Brabant, puis les noms de Willems et de Herkelboeck furent exposés « au poteau d’infamie par pancarte interposée » le 29 mai 1894. Willems fut arrêté et écroué le 10 février 1895 et détenu jusqu’au 14 décembre 1896.
Henri Willems fut délégué au congrès anarchiste international d’Amsterdam en août 1907.

SOURCES : R. Bianco « Un sicèle de presse anarchiste… », op. cit. — Notes D. Dupuy — Jean Moulaert « Le mouvement anarchiste en Belgique… », op. cit.

Rolf Dupuy

Version imprimable de cet article Version imprimable