PAL Joseph

Par André Balent

Né le 11 décembre 1886 à Tautavel (Pyrénées-Orientales) ; mort le 15 mai 1945 ( ?) ; SFIO ; conseiller municipal de Perpignan (1925-1929 ; 1935-1940) ; résistant ; arrêté le 28 mai 1944 ; mort en déportation à Neuengamme (Allemagne).

Les parents de Joseph Pal —Jacques Pal, cultivateur, et Françoise Villedomat, âgés tous deux de vingt-neuf ans en 1886. Leurs patronymes sont catalans— étaient de nationalité espagnole et résidaient à Tautavel. Joseph Pal se maria le 1er octobre 1919 à Tautavel avec Marie Viguier, après sa démobilisation, entre deux longs séjours au Sénégal

En 1906, Joseph Pal était garçon de café à Tautavel. Il effectua son service militaire au 50e RI à Périgueux (Dordogne). Incorporé le l7 octobre 1907, il fut libéré de ses obligations militaires le 25 septembre 1909. Dès octobre 1909, il résidait à Rochefort (Charente-Inférieure). Il habitait au café de Paris qui l’employait. Mobilisé en août 1914, il rejoignit Perpignan le 3 de ce mois afin d’intégrer le 53e RI (le régiment des Pyrénées-Orientales). Mais le 10 août, il était affecté à Dakar (AOF) au bataillon d’Infanterie coloniale de l’AOF. Il demeura en AOF jusqu’à sa démobilisation le 22 mars 1919. Sa fiche du registre matricule indique qu’il fut en campagne en AOF du 3 août 1914 au 3 avril 1917.

Dans un premier temps, il résidait à Dakar où il travaillait au café du Palais. Le 17 juin 1923, il était de retour à Tautavel puis, le 6 avril 1926, il s’établit définitivement à Perpignan , 2 rue de la gare, au café de Bercy.
Cafetier limonadier, il allait devenir l’une des figures de la politique perpignanaise, dans le sillage de Jean Payra* le leader de la SFIO de Perpignan et des Pyrénées-Orientales après le congrès de Tours et jusqu’à son décès en 1937.
On peut supputer que Pal fut influencé par les idées socialistes dans sa jeunesse. Son village natal, dans les Corbières catalanes était l’un de ces bourgs viticoles où les guesdistes puis les socialistes unifiés s’implantèrent de façon massive et durable avant 1914. Mais le socialisme perpignanais moins marqué par le guesdisme différait de celui du Roussillon viticole et trouva en Payra un tribun charismatique qui sut admirablement l’incarner. Or, Joseph Pal devint l’un de ses lieutenants.

Militant du Parti socialiste SFIO, Pal était, dès 1925 suffisamment bien implanté localement qu’il fut désigné trésorier adjoint le 9 août 1925 par le congrès fédéral du Parti socialiste SFIO. Il
fut élu conseiller municipal de Perpignan en 1925 et réélu en 1935. Aux élections municipales du 4 mai 1925, il devint conseiller municipal de la ville sur la liste du Cartel des gauches entièrement élue dès le premier tour. Il obtint 4552 voix (contre 4845 à Victor Dalbiez, radical, le mieux élu de la liste et 4445 à Joseph Denis, radical, le moins bien élu). À noter que lors du scrutin de 1925, il n’était pas encore totalement installé à Perpignan. Il fut administrateur des hospices. Il ne se représenta pas aux élections municipales du 6 mai 1929 où la SFIO et les radicaux présentaient chacun une liste. Il fut à nouveau candidat de la SFIO aux élections municipales de mai 1935. Au premier tour sur la liste socialiste SFIO conduite par Jean Payra ; au second tour il figura sur la « liste des gauches pour la prospérité de Perpignan » conduite par Jean Payra, issue de la fusion entre les listes SFIO et « radicale-socialiste Jean-Bourrat ». Le 5 mai, Pal obtint 4891 voix se plaça en quatrième position parmi l’ensemble des candidats des quatre listes en présence. Le 12 mai, Joseph Pal fut le candidat le mieux élu de cette liste qui emporta la mairie. Il obtint en effet 6741 voix alors que le populaire leader socialiste Jean Payra arrivait, avec 6600 suffrages, en treizième position. Joseph Pal fut, pendant son mandat, administrateur de l’hôpital Saint-Jean de Perpignan. Pal fut déchu de son mandat en octobre 1940 comme tous les élus socialistes et radicaux élus en 1935.

Résistant, (« Libération – Sud »), Pal fut l’un des organisateurs de ce mouvement à Perpignan et dans les Pyrénées-Orientales (voir aussi, en particulier : Olibo Jean*, Mayneris Marcel*, Rous Joseph [Puyvalador]*, Fourquet Camille*, Bonnery Brice*). Joseph Pal avait été désigné par le directoire régional des MUR pour devenir le premier adjoint de Félix Mercader à la mairie de Perpignan après la Libération. Il fut arrêté par la Sicherheitspolizei le 28 mars 1944. Il faisait partie d’une liste de vingt otages que les Allemands arrêtèrent en représailles à un attentat perpétré le 27 mars par des FTP perpignanais. Ces derniers avaient pris pour cible des locaux, rue de l’Horloge, réputés servir de maison close pour officiers. Treize furent libérés le 29 mars et trois autres au début d’avril. Seuls Joseph Pal et trois autres otages, l’instituteur Jean-Jacques Parayre de Combat et agent de réseaux de passages et les frères Georges et Pierre Legardeur, épiciers, demeurèrent prisonniers. Parayre et Pal furent déportés.
Incarcéré à la citadelle de Perpignan, Pal fut « interrogé, malmené » (Marcel Mayneris*). Le 16 mai 1944, il quitta Perpignan pour Compiègne d’où il fut déporté à Neuengamme où le socialiste perpignanais Fernand Baixas le retrouva au printemps de 1945 alors que la Libération du camp par les Américains était proche. Un convoi fut organisé par les Allemands fuyant l’avance alliée afin de transférer des détenus qui demeurèrent cinq jours dans des wagons de chemin de fer. Il y aurait eu 900 morts en cours de route dont 40 ne furent pas identifiés (d’après Marcel Mayneris).

D’après le Livre mémorial de la Déportation, Pal partit de Compiègne le 4 juin 1944 avec le convoi à destination de Neuengamme. Il se trouvait en avril 1945 en Basse-Saxe, à Sandbostel (stalag à l’ouest de Hambourg), mouroir de Neuengamme à partir du 13 avril 1945 et libéré le 29 avril.

Deux rues Joseph-Pal honorent la mémoire de Joseph Pal, martyr de la Résistance, à Perpignan et à Tautavel.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article124671, notice PAL Joseph par André Balent, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 1er janvier 2013.

Par André Balent

SOURCES : Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 5 Mi 659, état civil de Tautavel, acte de naissance de Joseph Pal ; 1 R 480, f°.60, registre matricule. — Le Cri catalan, 15 août 1925. — L’Indépendant, 13 mai 1935. — Le Cri Socialiste, 15 septembre 1945, 11 mai 1946, article de Marcel Mayneris*. — Christian Camps, Les noms de rues de Perpignan, Perpignan, 1974. — Horace Chauvet, La politique roussillonnaise (de 1870 à nos jours), Perpignan, 1934. — Jean Larrieu , « Vichy , l’occupation nazie et la Résistance catalane », I, « Chronologie des années noires », Terra Nostra, 89-90, Prades, 1994, pp.258-259. — Ramon Gual & Jean Larrieu , « Vichy, l’occupation nazie et la Résistance catalane », II b « De la Résistance à la Libération », Terra Nostra, 93-94-95-96, Prades, 1998, 1998, p. 509. — Livre Mémorial de la déportation in site FMD (http://www.bddm.org/int/index_int.php ), consulté le 9 septembre 2012.
— Interview de Fernand Cortale (1974).

Version imprimable Signaler un complément