ARANYOSSY Georges

Par Claude Pennetier

Né le 24 février 1919 à Budapest (Hongrie) ; militant communiste.

Dès 1920, Georges Aranyossy connut l’exil en Autriche, Italie, Suisse, Allemagne puis en 1926 en France où il vécut à Paris et en banlieue jusqu’en 1941 et fut reçu au baccalauréat.
Fils de militants communistes, Aranyossy adhéra aux Pionniers et, vers 1935, publia ses premiers articles dans Mon Camarade. Puis il adhéra au Parti et, en 1938, devint rédacteur à Ce Soir. L’année suivante, il épousa une Française. Engagé volontaire dans l’armée française, il n’eut pas à rejoindre son corps, les troupes allemandes ayant devancé son appel sous les drapeaux. Chômeur, puis requis pour travailler au mur de l’Atlantique, il s’évada et participa à la Résistance. Après la Libération, Aranyossy redevint journaliste dans la presse du Front national, puis en novembre 1947, il entra au bureau de presse de l’ambassade de Hongrie à Paris dont il devint le directeur à partir de 1953.
En août 1954, il se rendit en Hongrie et y travailla dans la presse jusqu’en août 1970, puis revint en France. Dans un ouvrage publié chez R. Laffont en 1971, il raconte sa vie sous le titre : Ils ont tué ma foi. Un itinéraire communiste, 402 p., d’où est tirée cette biographie.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article10175, notice ARANYOSSY Georges par Claude Pennetier, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 10 octobre 2008.

Par Claude Pennetier

ŒUVRE : Ils ont tué ma foi. Un itinéraire communiste, R. Laffont, 1971, 402 p.

SOURCE : Ils ont tué ma foi. Un itinéraire communiste, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément