BAZIN Paul, Marcel

Par Claude Geslin et Yves Le Maner

Né le 11 juillet 1890 au Petit-Quevilly (Seine-Inférieure), mort à Arpajon (Essonne) le 9 avril 1956. Quincaillier et logeur en garnis, tourneur sur bois en 1920, secrétaire de mairie retraité en 1959.

Fils d’un maçon. Membre du Parti socialiste depuis 1905, Paul Bazin remplit diverses fonctions au sein du groupe d’études sociales de 1908 à 1914, date à laquelle il fut mobilisé. Blessé et pensionné, il fut élu trésorier de la Fédération socialiste de Seine-Inférieure en 1918, lorsque les partisans de la gauche du Parti obtinrent la majorité. Élu conseiller municipal, puis maire de Petit-Quevilly le 10 décembre 1919. Cette même année, il avait été candidat aux élections législatives en février 1920, il fut délégué au congrès de Strasbourg, où il vota pour les reconstructeurs. Ses sympathies pour Longuet l’empêchèrent d’être délégué du congrès de Tours par le congrès fédéral de décembre 1920.

Ami personnel de Marcel Cachin, il dirigea la section locale de l’ARAC et adhéra au PC au début de 1921. De tendance longuettiste, il fut révoqué de ses fonctions de maire, pour avoir hissé un drapeau rouge sur la façade de la mairie, le 1er Mai 1921. Il démissionna de son poste de conseiller municipal après sa révocation. Réélu le 19 juin, il redevint maire peu après.

Il fut conseiller général en 1919, mais en janvier 1923, il donna sa démission de maire tout en demeurant conseiller municipal jusqu’au 29 mars.

Délégué permanent de la Fédération communiste, Bazin fonda l’hebdomadaire Le Communiste de Normandie en 1921. Le 4 février 1923, il présidait le congrès fédéral d’Ille-et-Vilaine du PC Quelques jours plus tard, il devenait secrétaire interfédéral à la suite d’une réunion des secrétaires fédéraux de l’interfédération et il se lança aussitôt dans une campagne de propagande intensive : conférences dans toute la région (dont la Loire-Inférieure) avec création de sections, cours de propagande pour la section de Rennes, polémiques violentes avec Aubry député socialiste d’Ille-et-Vilaine. Il suppléa Louise Bodin, malade, à la rédaction du journal La Bretagne communiste en 1923 et 1924 et, en janvier 1924, fut élu au Comité directeur du Parti communiste. Il était en juin 1924 délégué permanent de la 4e région (Finistère, Morbihan, Loire-Inférieure, Vendée, Deux-Sèvres, Maine-et-Loire, Mayenne, Ille-et-Vilaine, Côtes-du-Nord). Ce poste fut supprimé le 31 juillet 1924 pour manque de moyens financiers. Il s’occupa alors pendant un mois de l’administration de l’Enchaîné (septembre 1924). Militant syndicaliste au syndicat CGTU des métaux de Rennes, il contribua avec Charles Tillon à la conquête sur le plan régional des syndicats unitaires par le PC. Dans On chantait rouge, op. cit., Tillon l’a présenté comme un « grand gaillard sympathique », « orateur dangereux », « parleur aisé » qui détestait écrire, lisait peu. Le 31 juillet 1924, le Bureau politique mit fin à cette délégation comme à celles des autres délégués régionaux, pour des raisons financières selon un rapport de police.

Installé dans le Nord en 1925, Bazin y occupa la fonction de secrétaire à la propagande de la Fédération régionale du Parti communiste, avec pour tâche principale le lancement des cellules d’entreprises, condition essentielle de la « bolchevisation ». Il n’occupa cette responsabilité que pendant une année, étant nommé en 1927 secrétaire général du SRI de Paris. Il démissionna de cette fonction le 10 décembre 1928 « pour raisons personnelles ». En juin 1926, Bazin avait participé au Ve congrès national du PCF tenu à Lille.

Marié à Sotteville-les-Rouen en mars 1910, divorcé en décembre 1946, il s’était remarié à Saint-Germain-les-Arpajon en juin 1947.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article98645, notice BAZIN Paul, Marcel par Claude Geslin et Yves Le Maner, version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 23 mai 2019.

Par Claude Geslin et Yves Le Maner

SOURCES : Arch. Nat. F7/13090, F7/13092, F7/13095, F7/13514 et F7/13619. — Arch. Dép. Seine-Inférieure, 1 M P 285. — Arch. Dép. Nord, M 154/191 et M 154/201 B. — Arch. Mun. Petit-Quevilly. — Arch. Institut M. Thorez, bobines n° 44, 65, 74. — La Bretagne communiste, 1923-1926. — Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément