BAUDUIN Jules, Lambert, [ BAUDUIN-PETIT Jules, dit]

Par Didier Bigorgne

Né et mort à Fumay (Ardennes) : 20 novembre 1879-16 août 1925 ; artisan coiffeur ; militant socialiste et de la Ligue des droits de l’homme ; maire de Fumay (1912-1925) et conseiller d’arrondissement (1919-1925).

Jules Bauduin était le fils d’Auguste Bauduin, ouvrier ardoisier, et de Désirée Bourdon qui tenait un café. Il quitta l’école à l’âge de douze ans, entra en apprentissage et devint coiffeur à Fumay. Il effectuait son service militaire au 4ème bataillon d’artillerie à pied, en garnison à Longwy (Meurthe-et-Moselle), quand il épousa la fille d’un ardoisier, Léontine Joséphine Petit, sans profession, le 2 mars 1903 à Fumay.

Jules Bauduin adhéra très jeune au mouvement socialiste à Fumay. Il fut d’abord président de la Jeune Garde socialiste, puis secrétaire du cercle d’études sociales La Raison affilié à la Fédération des Travailleurs socialistes des Ardennes. Après 1905, il devint secrétaire du comité cantonal du Parti socialiste SFIO.

Aux élections municipales de mai 1912, Jules Bauduin-Petit fut élu sur la liste de son parti qui remporta la victoire à Fumay. Il devint maire le 23 août 1912. Il fut reconduit dans sa fonction, après le succès de la liste socialiste SFIO le 30 novembre 1919, puis celui de la liste socialo-communiste le 10 mai 1925. Le 7 mars 1920, sur proposition de Bauduin-Petit, le conseil municipal de Fumay se prononça pour donner le nom de Jean Jaurès à la rue du Faubourg de Rocroi ; l’inauguration, qui se déroula le 3 novembre suivant, sous la présidence de Léon Blum, donna lieu à une grande manifestation.

Jules Bauduin-Petit représenta le Parti socialiste SFIO aux élections des 14-21 décembre 1919, pour le Conseil d’arrondissement, dans le canton de Fumay. Il obtint 1291 voix sur 4230 inscrits et 2435 votants au premier tour, et fut élu avec 1412 voix sur 2599 votants au scrutin de ballottage. Vice-président du Conseil de l’arrondissement de Rocroi, il fut réélu dès le premier tour, le 19 juillet 1925, avec 1436 voix sur 4037 inscrits et 1843 votants.

Entre ces deux scrutins, Jules Bauduin-Petit fut candidat aux élections des 14-22 mai 1922, pour le Conseil général dans le canton de Fumay. Il obtint 930 voix (sur 3725 inscrits et 2805 votants) au premier tour. Il réunit 1404 voix (sur 2901votants) au second tour, mais il échoua de 9 voix face au conseiller général sortant Henri Dunaime.

Jules Bauduin-Petit cumula les responsabilités pendant ses mandats. Il était vice-président de la société musicale La Lyre ouvrière et de la société de gymnastique Le Ralliement de Fumay, de la Mutualité scolaire du canton de Fumay. Il présidait la section de Fumay de la Ligue des droits de l’homme.

Aujourd’hui, une rue de Fumay porte le nom de Jules Bauduin-Petit.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article98540, notice BAUDUIN Jules, Lambert, [ BAUDUIN-PETIT Jules, dit] par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 14 avril 2016, dernière modification le 14 avril 2016.

Par Didier Bigorgne

Sources : Arch. Dép. Ardennes 3M 6 à 9.— Arch. Com.de Fumay.— Arch. de la Fédération socialiste des Ardennes.— Le Socialiste Ardennais, 1912 à 1925.— Etat civil de Fumay.

Version imprimable Signaler un complément