ACHOUR Mohamed, Mohand

Par René Gallissot

Né le 20 février 1889 à Fort-National (Algérie), mort le 2 avril 1961 à Tizi-Ouzou (Algérie) ; ingénieur-agriculteur ; militant socialiste d’Algérie ; conseiller municipal puis maire adjoint de Tizi-Ouzou, député (1945-1946).

Mohamed Achour dans les années 1940
Mohamed Achour dans les années 1940
Assemblée nationale, Notices et portraits, 1946

Ingénieur, propriétaire foncier, citoyen français, Mohamed (Mohand en berbère) Achour, socialiste SFIO, fut élu en 1937 conseiller municipal puis maire adjoint de Tizi-Ouzou. Il participa au Congrès musulman en 1936 et se prononça en 1937 en faveur du projet Blum-Viollette qui promettait d’élargir très modestement l’accès des Algériens à la citoyenneté française mais qui, devant la protestation des colons, ne passa pas devant le Parlement français. M. Achour est élu en 1937 conseiller municipal de Tizi-Ouzou (Kabylie) ; il devient maire-adjoint.

Après 1945, il est député aux deux Assemblées Nationales constituantes françaises au titre du « collège musulman » (celui des Français indigènes non citoyens) ; il est le porte parole du groupe socialiste sur les questions relatives à l’Algérie. Il ne se présente pas aux élections législatives de novembre 1946. Il meurt à Tizi-Ouzou en 1961.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article9660, notice ACHOUR Mohamed, Mohand par René Gallissot, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 2 novembre 2013.

Par René Gallissot

Mohamed Achour dans les années 1940
Mohamed Achour dans les années 1940
Assemblée nationale, Notices et portraits, 1946

SOURCES : Arch. d’Outre-Mer, dossier : partis politiques. — Parcours, n° 5, 1985. — DPF, t. I. — Notes d’A. Caudron.

Version imprimable Signaler un complément