ACHIARY Henriette [née SERGENT Henriette]. Pseudonyme dans la Résistance : CARPENTIER Madeleine

Par Gilles Morin

Née le 24 mai 1888 à Saïgon (Indochine), morte en déportation le 1er mars 1945 à Ravensbrück (Allemagne) ; socialiste ; résistante.

Henriette Sergent qui avait épousé le militant socialiste Léon Achiary le 9 avril 1925 à Alger, rejoignit la Résistance au mois d’août 1942 et fit partie du réseau « Brutus ». Ils avaient, tous les deux, quitté Toulouse en octobre 1943 après une irruption de la Gestapo et étaient venus à Paris pour poursuivre leurs activités de résistance. Henriette Achiary continua de seconder Léon, sous le nom d’emprunt de Madeleine Carpentier et la fonction de chef-adjoint du réseau. Elle fut arrêtée à son domicile, avenue Félix Faure, le 5 juillet 1944. Elle avait refusé d’ouvrir à la Gestapo pour avoir le temps de faire disparaître quelques papiers et de permettre à son mari de s’échapper par les toits ; les Allemands enfoncèrent la porte ne trouvèrent rien et l’emmenèrent. Elle fut déportée en Allemagne où elle mourut.

Son fils fut sous-préfet de Sétif au moment des événements du 8 mai 1945.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article9658, notice ACHIARY Henriette [née SERGENT Henriette]. Pseudonyme dans la Résistance : CARPENTIER Madeleine par Gilles Morin, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 24 février 2010.

Par Gilles Morin

SOURCES : Secrétariat d’État des Anciens combattants et victimes de guerre. — Lettre de Daniel Latapie, Toulouse, 26 mai 2002.

Version imprimable Signaler un complément