GUILLON Claude

Par Claude Pennetier

Né le 13 septembre 1885 à Saint-Benin-d’Azy (Nièvre), mort en 1952 ; syndicaliste bûcheron de la Nièvre ; député socialiste de la Nièvre (1928-1932).

Bûcheron et ouvrier agricole comme son père, ancien combattant de 1914 à 1918 au 256e Régiment d’Infanterie, surnommé « Petit Charles », Claude Guillon était, au lendemain de la Première Guerre mondiale un militant de la SFIO de la Nièvre. Il adhéra au parti en 1919. Il fut élu conseiller général en 1922 et réélu en 1925. Aux élections législatives de 1928, candidat socialiste dans la 2e circonscription de Nevers, il recueillit 2 628 voix, en tête des gauches, derrière le modéré Germain, 5 742, devant Debret, communiste, 2 105 et Corcos républicain socialiste, 1 807. Bénéficiant du désistement de Corcos et S. Debret ayant perdu presque toutes ses voix, Guillon battit Germain par 6 731 voix contre 5 954. Il ne fut pas candidat en 1932. Depuis 1922, Claude Guillon était conseiller général.

Secrétaire du syndicat des bûcherons et membre du comité général de la Bourse du Travail de Nevers à partir de 1920, Guillon fut un des principaux dirigeants confédérés de la grande grève des bûcherons de la Nièvre dans l’hiver 1931-1932. Voir Chassy*. Il fut membre suppléant du Conseil national économique de 1925 à 1936 au titre du travail salarié (agriculture). Présenté comme bûcheron à Saint-Benin-d’Azy.

Se confond-il avec C. Guillon ?

Son petit-neveu, Claude Guillon fut un écrivain et un militant anarchiste.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article94278, notice GUILLON Claude par Claude Pennetier, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 3 mai 2014.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Le Prolétaire. — Le Socialiste nivernais. — Le Syndiqué du Cher, 1927. — La Tribune du Centre, avril 1928. — L’Émancipateur, 1931. — La Vie socialiste, 14 mai 1932. — J. Jolly, Dictionnaire des Parlementaires, t. V, p. 1918.

Version imprimable Signaler un complément