GERFROIT Édouard [GERFROIT Joseph, Édouard, Marie, Emmanuel] (écrit parfois GERFROID Joseph)

Par Jacques Girault

Né le 27 mai 1880 à Solliès-Pont (Var), mort le 10 mai 1965 à Nice (Alpes-Maritimes) ; avocat au barreau de Toulon, puis fabricant-marchand d’huiles à Solliès-Pont ; militant socialiste à Toulon puis, à partir de 1946, membre du Parti communiste ; élu maire de Solliès-Pont en 1932, puis en 1935 ; élu au conseil général de Solliès-Pont en 1934.

Fils d’un notaire, Éd. Gerfroid, licencié en droit, avait servi pendant la guerre, dans l’aviation. À Solliès-Pont, il figurait sur une liste comprenant certains socialistes pour les élections municipales lors de l’élection générale du 3 avril 1932. Élu, avec sa liste, avec 354 voix sur 820 inscrits, il devint maire de la commune. La Préfecture le classait comme « républicain de gauche ». Il présidait aussi la section locale de la Ligue des droits de l’Homme en 1934.

Éd. Gerfroit siégea au bureau du congrès du Parti socialiste de France à Toulon, le 18 février 1934 et fut désigné comme délégué à la propagande par le congrès de la Fédération varoise de la Ligue des droits de l’Homme, à Brignoles, le 22 avril 1934.

Gerfroit, réélu maire à la suite de l’élection municipale du 5 mai 1935, conduisait une liste considérée, par la Préfecture, comme affiliée au Parti socialiste de France.

Candidat au conseil général, le 7 octobre 1934, Gerfroit fut élu, dès le premier tour, avec 837 voix sur 1 706 inscrits. Membre de la troisième commission (agriculture, instruction publique et vœux, secrétaire de la commission en 1937), des commissions des transports (secrétaire en 1934 et en 1937), de la chasse, il représentait le conseil général à la Commission interdépartementale des eaux de Fontaine-l’Évêque, à la commission départementale de classification de la contribution foncière des propriétés non bâties, au Comité de surveillance de l’École pratique d’horticulture d’Hyères à partir de 1934. Le 26 novembre 1936, il fut désigné pour représenter le conseil général au XIe comité régional de l’Exposition internationale de 1937. À partir d’octobre 1937, il siégeait en outre aux commissions des bourses scolaires et de HABM du Var. Enfin, il avait été membre de la Commission départementale en 1935 et en 1938.

Pour des raisons personnelles, Gerfroit démissionna en décembre 1938 de ses fonctions de maire et de conseiller général. Il alla vivre à Nice (Alpes-Maritimes).

Après la guerre, Gerfroit devint membre du Parti communiste en 1946. Il se fixa définitivement à Nice où il mourut le 10 mai 1965 ; il fut enterré civilement.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article92935, notice GERFROIT Édouard [GERFROIT Joseph, Édouard, Marie, Emmanuel] (écrit parfois GERFROID Joseph) par Jacques Girault, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 2 novembre 2010.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var : 2 M 7.32.1, 2 M 7.32.3, 2 M 7.35.3, 4 M 76. — Presse locale. — Sources orales. — Renseignements fournis par la veuve de l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément