ANCELY Léon

Par Jean Maitron

Né en 1890 à Toulouse (Haute-Garonne) ; mort le 7 mars 1971 à Sceaux (Hauts-de-Seine) ; employé des postes ; militants des droits de l’Homme.

Fils d’un menuisier, Léon Ancely fut élevé dans la religion catholique mais, vers l’âge de quatorze ans, il fréquenta l’Université populaire « Foyer du Peuple » de Toulouse et il renonça peu à peu à toute pratique religieuse et perdit la foi. En possession du Brevet élémentaire, il passa le concours des Postes, fut un temps ambulant, exerça après la Première Guerre mondiale en Algérie puis termina comme inspecteur des services du tri à la gare Montparnasse.

Membre du Parti socialiste en 1919 et sans doute, par la suite, du PSU au temps de la guerre d’Algérie, Léon Ancely fut, sa vie durant, un anticonformiste. Demeuré célibataire, très cultivé, il accumula par achats, notamment auprès des bouquinistes, une très riche bibliothèque, sans cesse développée avec discernement. Il fut certes plus un compagnon de route qu’un militant proprement dit, mais il ne cessa jamais de fréquenter le monde ouvrier, toujours préoccupé de culture pour lui-même et pour les jeunes dont il aima s’entourer jusqu’à son dernier jour.

Franc-maçon, membre de la Ligue des droits de l’Homme, il milita en faveur des Algériens qu’il défendit dans Le Colonisé. Généreux et très dévoué, il fut pour Léona Delessalle, après la disparition de son vieux compagnon secrétaire adjoint de la CGT avant 1914, un ami fidèle et, chaque dimanche, il venait, de Sceaux, lui rendre visite à la Maison de retraite Galignani et lui apporter victuailles et littérature.

Léon Ancely fit don à la Bibliothèque municipale de Sceaux des quelque 15 000 volumes qu’il possédait et, dans une « Lettre aux lecteurs » qu’il écrivit en avril 1956, il en fit lui-même la présentation, passant en revue classiques français et littérature anglo-saxonne, histoire des religions et littérature occitane, histoire de la Commune, « seule Révolution qui ne nous ait pas déçus puisque, n’ayant pas réussi, elle a su mourir », ensemble précieux qui perpétue son souvenir.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article90710, notice ANCELY Léon par Jean Maitron, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 2 novembre 2010.

Par Jean Maitron

SOURCES : Bulletin municipal d’information de la ville de Sceaux, n° 46, juin 1971 et n° 65, janvier-février 1975. — Renseignements communiqués par Thérèse Pila, bibliothécaire, 5 décembre 1980.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément