AIGRAULT Blanche

Née Simon en 1879, Blanche Aigrault adhéra avec son mari au syndicat du Maine-et-Loire en 1919 et devint de 1919 à 1920 secrétaire adjointe du bureau fédéral (sis en Maine-et-Loire) pour les problèmes pédagogiques. Elle démissionna en 1920, toutefois, elle continua à assurer des fonctions dirigeantes au conseil syndical du syndicat du Maine-et-Loire et elle fut condamnée en 1921 comme membre directeur de celui-ci. En 1923, elle projeta avec son mari, Léon Aigrault, la création d’un journal pour enfants : Les Petits Bonhommes. On ne trouve aucune trace de cette militante après cette date.

Un nommé Aigrault est cité parmi les instituteurs du Maine-et-Loire qui auraient appartenu au Parti communiste au début des années 1920 (Arch. Nat. F7/13091).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article90235, notice AIGRAULT Blanche , version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 2 novembre 2010.

SOURCES : Arch. Nat. F7 13743. — L’École Émancipée. — François Bernard, Louis Bouet, Maurice Dommanget, Gilbert Serret, Le Syndicalisme dans l’enseignement, Histoire de la Fédération de l’enseignement des origines à 1935. Présentation et notes de Pierre Broué, 3 vol., Institut d’études politiques, Grenoble. — Anne-Marie Sohn, Féminisme et syndicalisme. Les institutrices de la Fédération unitaire de l’enseignement de 1919 à 1935, Thèse de 3e cycle, Nanterre, s.d.

Version imprimable Signaler un complément