AGNERAY Léon

Par Yves Le Floch

Né en 1875 à Équeurdreville (Manche), mort au printemps 1928 à Balleroy (Calvados) ; avocat à Cherbourg (Manche), puis juge de paix ; militant socialiste ; conseiller municipal.

Léon Agneray fut boursier au lycée de Cherbourg et entra au barreau de cette dernière ville en 1898. Appartenant au milieu de la gauche républicaine de ce bastion « bleu » d’une des régions les plus « blanches » de France, il siégea à partir de 1903 au conseil municipal, élu sur la même liste qu’Albert Mahieu, maire républicain-socialiste, et que les premiers candidats ouvriers socialistes.

Président de la section locale de la Ligue des droits de l’Homme en 1913 et 1914, Léon Agneray occupait de multiples postes de responsabilité au lendemain de la guerre dans des organisations liées à la gauche (Ligue, Amis de l’école laïque, Sou de la veuve et de l’orphelin) et était l’avocat très actif de l’Union des syndicats, ce qui l’amena notamment à défendre Alexandre Burnouf, inculpé à la suite des grèves de 1920. Il était surtout devenu membre de la SFIO dont il fut par trois fois candidat en 1919 : aux législatives avec Alfred Allanic (14,5 % des suffrages exprimés), aux municipales à Cherbourg (élu au second tour sur une liste de concentration républicaine) et au conseil d’arrondissement. Léon Agneray fut en outre délégué de la Fédération de la Manche au congrès national extraordinaire de cette même année.

Très lié à Albert Mahieu, « qui, par de longues années de travaux à la tête de notre grande cité, nous a préparé la voie » (Avenir de la Manche, 6 novembre 1919), Léon Agneray se rangeait du côté d’Alexandre Burnouf dans la crise qui secoua en 1920 — essentiellement sur des questions d’ordre municipal — la section socialiste de Cherbourg et dut, sauf absence de sa part, voter l’exclusion d’Allanic qui fut acquise à l’unanimité.

Toujours avocat de l’Union des syndicats en 1922, Léon Agneray quitta Cherbourg par la suite pour devenir juge de paix à Balleroy (Calvados), où il devait mourir au printemps de 1928. Alexandre Burnouf vint prononcer un discours à ses obsèques.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article90204, notice AGNERAY Léon par Yves Le Floch, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 2 novembre 2010.

Par Yves Le Floch

SOURCES : Arch. Dép. Manche, M, Sous-préfecture de Cherbourg, 1er bureau, dossiers 39 et 67. — Jean Quellien, Les Élections dans la Manche, étude de sociologie électorale (1919-1969) (lieu et date ?). — L’Avenir de la Manche. — Cherbourg-Éclair.

Version imprimable Signaler un complément