VIOLLIS Andrée [CLAUDIUS JACQUET DE LA VERRYERE Andrée, Françoise, Caroline, épouse TÉRY Andrée, puis épouse d’ARDENNE de TIZAC Andrée, dite]

Par Nicole Racine

Née le 9 décembre 1879 aux Mées (Basses-Alpes), morte le 10 août 1950 à Paris ; écrivain et journaliste ; codirecteur de Vendredi (1935-1938), membre du CC de la Ligue des droits de l’Homme, membre du Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme en 1936.

Fille d’un ancien préfet du Second Empire et d’une mère qui tenait un salon littéraire accueillant écrivains et journalistes de la IIIe République, Andrée Françoise Claudius Jacquet de la Verryere fit des études de lettres à la Sorbonne où elle obtint une double licence et fut diplômée de l’Université d’Oxford. Elle épousa le directeur de L’œuvre, Gustave Téry dont elle eut une fille Simone Téry , née en janvier 1897. Elle débuta dans le journalisme en donnant des contes et des études au Petit Parisien, à L’Écho de Paris, Excelsior ; elle prit position en faveur de l’émancipation de la femme et des droits de la mère.

Andrée Téry divorça de Gustave Téry quand sa fille eut quatre ans. Après la guerre durant laquelle elle fut infirmière au front de 1914 à 1916 et dans les villes bombardées de Bar-le-Duc et Sainte-Ménehould, elle fut attachée de rédaction au Times et au Daily Mail (de 1919 à 1922) ; tentée par le grand reportage, elle entra comme envoyée spéciale au Petit Parisien où elle resta vingt ans. Elle épousa en secondes noces Henri d’Ardenne de Tizac, historien de l’art chinois classique, conservateur du musée Cernuschi, dont le pseudonyme en littérature était Jean Viollis et avec lequel elle écrivit des romans en collaboration.

Ses reportages, son intrépidité et son courage la rendirent célèbre (elle franchit en 1929 l’Himalaya dans un frêle avion de bois et de toile). Citons Seule en Russie (1927), premier grand reportage sur la Russie soviétique, Tourmente sur l’Afghanistan (1930) dans lequel elle raconta la révolte de Kaboul dont elle fut le seul journaliste témoin, L’Inde contre les Anglais (1930) écrit après avoir passé cinq mois en Inde au moment de la marche à la mer de Gandhi et dans lequel elle prévoyait que l’Angleterre perdrait l’Inde. Chargée en 1932 d’accompagner Paul Reynaud, ministre des Colonies, en Indochine, elle donna à son retour à la revue Esprit ses « Quelques notes sur l’Indochine » (parues le 1er décembre 1933 dans un numéro consacré à « La Vérité en Extrême Orient ») dans lesquelles elle révélait les cruautés de la répression, les méthodes de l’administration française, le refus des libertés élémentaires pour les indigènes ; elle publia ensuite son fameux Indochine SOS, chez Gallimard, avec une préface d’André Malraux. L’anticolonialisme devint un des points forts de son engagement. Elle fit partie de nombreux comités pour la défense des peuples coloniaux et opprimés comme le Comité d’amnistie et de défense des Indochinois, de l’Association des amis du peuple chinois constituée en mars 1935. Elle se trouva en Chine au moment de l’agression japonaise, puis passa au Japon où elle resta cinq mois ; elle dénonça l’impérialisme militaire japonais dans Le Japon et son empire (1933). Proche du Parti communiste auquel adhéra sa fille Simone Téry* en 1935, elle signa l’appel pour le Congrès international des écrivains pour la défense de la culture qui se réunit à Paris, en juin 1935. Elle fit partie du comité national du Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme. Elle présida le premier congrès de l’Union des jeunes filles de France à Paris, le 26 décembre 1936.

Andrée Viollis fut choisie en 1935 par André Chamson, avec l’appui de Jean Guéhenno, pour être le troisième directeur de l’hebdomadaire Vendredi (lancé le 8 novembre 1935) comme devant représenter la tendance du Front populaire proche du Parti communiste. Voici comment Lucie Mazauric la décrit dans ses mémoires : « Très féminine d’aspect et de caractère, très “petite dame”, d’un naturel impulsif et généreux qui l’entraînait vers le communisme (...). Elle apportait au journal une fantaisie de bon aloi et un charme sans mièvrerie. Malgré ses convictions extrémistes, elle se défendait d’être doctrinaire et n’aimait pas qu’on la taxe de sectarisme politique... » Elle ne prit pas une part active à la rédaction de Vendredi mais fit profiter l’hebdomadaire de ses reportages. Grand reporter au Petit Parisien pendant la guerre d’Espagne, Andrée Viollis fit plusieurs voyages en Espagne ; elle publia des reportages sur ce pays dans Vendredi en septembre et novembre 1936, ainsi qu’en mars-avril 1937. Elle participa à des comités pour l’aide aux réfugiés politiques d’Allemagne et d’Espagne. Le 12 novembre 1936, elle présida la manifestation pour la levée de l’embargo, organisée par la Maison de la Culture à la Mutualité. Elle publia encore dans Vendredi des reportages sur le Japon, et en mars 1938 sur « Vienne sous la botte nazie ». Après la disparition de Vendredi en novembre 1938, elle rejoignit La Lumière, hebdomadaire de gauche, en même temps que Louis Martin-Chauffier* et André Wurmser. Elle collabora à Ce Soir, quotidien dirigé par Louis Aragon et Jean-Richard Bloch.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Andrée Viollis écrivit une brochure sur le racisme hitlérien, publiée clandestinement sous l’égide du Mouvement national contre le racisme. A la Libération, elle se retrouva aux côtés des communistes.

En février 1945, elle fut envoyée par l’Humanité aux États-Unis à la section française de l’Office of War Information. Quelques mois avant sa mort, l’Humanité publia un fac-similé d’une lettre où elle déclarait signer l’Appel de Stockholm.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article89762, notice VIOLLIS Andrée [CLAUDIUS JACQUET DE LA VERRYERE Andrée, Françoise, Caroline, épouse TÉRY Andrée, puis épouse d'ARDENNE de TIZAC Andrée, dite] par Nicole Racine, version mise en ligne le 18 octobre 2010, dernière modification le 25 septembre 2018.

Par Nicole Racine

Andrée Viollis, Éléonore Roosevelt et Étienne Bénichou* à la Maison Blanche en 1945
Andrée Viollis, Éléonore Roosevelt et Étienne Bénichou* à la Maison Blanche en 1945
Cliché fourni par la famille Bénichou.

ŒUVRE : Seule en Russie, de la Baltique à la Caspienne..., Gallimard, 1927 (Les Documents bleus). — Alsace et Lorraine au-dessus des passions. Lettre-préface de Raymond Poincaré, Paris, Neuchâtel, V. Attinger, 1928. — Tourmente sur l’Afghanistan, Valois, 1930. — L’Inde contre les Anglais, Préface de Sylvain Lévi, Éd. des Portiques, 1930. — Changaï et le destin de la Chine. Intr. par Henri Rohrer, Corrêa, 1933. — Le Japon et son empire, Grasset, 1933. — Le Japon intime, Aubier, 1934. — Indochine SOS, Préf. d’André Malraux, Gallimard, 1935 ; Cahiers du Cercle Descartes, n° 7. — Notre Tunisie..., Gallimard, 1939. — Le Racisme hitlérien, machine de guerre contre la France (Andrée Viollis, déc. 1943), Lyon, Les Éd. de la Clandestinité, 1944. — L’Afrique du Sud, cette inconnue, Hachette, 1948.

SOURCES : Les Humbles, janvier 1933 (sur Jean Viollis). — Les Cahiers des droits de l’Homme, 1er mai 1939. — Simone Téry dans Pourquoi je suis communiste, 1964. — Cl. Bellanger, Histoire générale de la presse française, T. III. De 1871 à 1940, PUF, 1972. — M. Winock, Histoire politique de la revue Esprit, 1930-1950, Le Seuil, 1975. — Lucie Mazauric, Avec André Chamson 1934-1939. II. Vive le Front populaire !, Plon, 1976. — G. Cogniot, Parti pris, T. I, Éd. Sociales, 1976. — Henriette Nizan, Libres mémoires, Laffont, 1989. — Le Monde, 11 août 1950. — Les Lettres françaises, 24 août, 31 août 1950, 9 août 1951. — Esprit, octobre 1950. — Anne Renoult, Indochine SOS. Andrée Viollis et la question coloniale, thèse de l’École des Chartes, 2009Anne Renoult, — André Viollis. Une femme journaliste, Presses de l’université d’Angers, 2004.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément