BATTINI Valère [BATTINI Jean, Valère]

Né le 22 juin 1886 à Osani (Corse) ; ouvrier électricien ; militant syndicaliste.

Installé à Paris bien avant la guerre, Valère Battini était en 1914 secrétaire du syndicat des Industries électriques et similaires et le demeura jusqu’en septembre 1920, après avoir été mobilisé comme fusilier-marin et avoir été libéré avec le grade de quartier-maître. Il fut alors élu secrétaire général de la Fédération CGT de l’Éclairage, pour une année, jusqu’au moment où une réorganisation administrative supprima son poste. Il siégea dès lors à la commission exécutive, qui l’envoya, en juin 1922, comme délégué au Comité confédéral. Entre temps, le 5 février, il était devenu secrétaire administratif de l’Union des syndicats confédérés de la Seine, secrétaire de la commission « Éducation et Loisirs » et il s’occupait de l’École du militant. Secrétaire adjoint de la Fédération de l’Éclairage en 1924, délégué permanent appointé, chargé de la propagande pour la Seine et la Seine-et-Oise, il démissionna pour raison de santé en août et se retira dans sa famille à Belfort. Il réapparut dans les instances parisiennes en 1930 et entra, en août 1931, à la commission administrative de l’Union des syndicats confédérés de la Seine (voir Carpentier). En 1935, il assurait le secrétariat du syndicat général des industries électriques et similaires de la Seine groupant 1 800 adhérents. Il était alors membre de la 18e section de la Fédération de la Seine du Parti socialiste SFIO ; il paraît en outre avoir joué un rôle important dans la presse syndicale, collaborant à La Bataille et à L’Écho de la Corse et souscrivant, en 1922, une déclaration de gérance pour deux journaux éphémères : Le Travailleur parisien et Le Peuple du Nord et des Flandres.

Entre 1933 et 1936, V. Battini siégea à la commission administrative de la Bourse du Travail de Paris.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article89721, notice BATTINI Valère [BATTINI Jean, Valère], version mise en ligne le 13 octobre 2010, dernière modification le 13 octobre 2010.

SOURCES : Arch. Nat., F7/13015, 22 août 1924, F7/13578, F7/13618, F7/13735, juillet 1935. — Arch. PPo. 300, février 1935 et B a/1686, décembre 1932. — Le Peuple, 5 juin 1922, 15-16 août 1922, 13 juillet 1924. — Le Travailleur parisien, juin 1922, juillet-août 1932, juillet-août 1933. — Agendas de la Bourse du Travail de Paris.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément