IBRY François

Mort en 1967 ; syndicaliste CGT puis FO de Toulouse (Haute-Garonne) ; membre de la commission exécutive de la Fédération FO des IEG, secrétaire de l’UNSC de Toulouse ; militant socialiste.

Militant de tendance socialiste, François Ibry succéda à Henri Courdié*, en 1937, comme secrétaire général du syndicat CGT de la Lyonnaise des eaux et de l’éclairage à Toulouse (Haute-Garonne) — Courdié dirigeait le syndicat depuis 1930, avec notamment Bord qui fut conseiller municipal de Toulouse. François Ibry s’entoura de militants actifs, de sensibilité socialiste, tels Galy, Razat* et Louis Nicol.

François Ibry fut délégué au XVe congrès de la Fédération CGT de l’Éclairage réuni à Lyon en juin 1937 et intervint au cours de la troisième journée.

Après la nationalisation des industries électrique et gazière, François Ibry poursuivit son militantisme. À l’issue du premier congrès de la Fédération Force ouvrière des Industries de l’énergie électrique et du gaz, en juin 1948, il fut élu suppléant au comité fédéral. Il fut ensuite élu titulaire à cette instance lors des IIe et IIIe congrès (octobre 1950 et octobre 1952) puis membre de la commission exécutive et du comité fédéral à l’issue du IVe congrès (octobre 1954) et à nouveau membre du comité fédéral au terme du Ve congrès (octobre 1956).

Pendant longtemps, François Ibry fut le secrétaire de l’Union nationale des syndicats cadres de l’électricité et du gaz (UNSC) — créée à l’initiative de la Fédération — de Toulouse-Ville. Pour des raisons personnelles, il prit une retraite anticipée alors qu’il n’avait que quarante neuf ans. Il mourut en 1967.

Au plan interprofessionnel, François Ibry fut membre de la commission exécutive de l’Union départementale FO de la Haute-Garonne entre 1948 et 1951.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article89258, notice IBRY François, version mise en ligne le 21 septembre 2010, dernière modification le 12 septembre 2013.

SOURCES : Éclairage et force motrice, juillet-août 1937. —Témoignage de Maurice Pelfort. — Lumière et Force, n° 4 (oct. 1948), 16 (oct. 1950), 32 (oct.-nov. 1952), 46 (oct.-déc. 1954), 55 (sept-nov. 1956), 118 (juil-août 1967). — Informations transmises le 31 mai 2012 par Georges Portalès, de l’UD FO de la Haute-Garonne.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément