TERCINIER Loys, Marie, Victor

Par Jean-Pierre Bonnet

Né le 28 août 1923 à Pabu (Côtes-du-Nord) ; chef de gare, puis chef de gare principal ; secrétaire général (1972-1977) puis président (1977-1979) de la Fédération Maîtrise et cadres.

Fils unique d’un sous-lieutenant d’artillerie tué au Maroc en 1924, Loys Tercinier fut adopté par la Nation en 1932. Après des études de droit et de sciences politiques, il entra à la SNCF le 16 juillet 1944 à Paris-Montparnasse en qualité d’attaché à l’Exploitation. Après avoir été chef de gare au Havre (Seine-Inférieure), à Saintes (Charente-Inférieure) et à Quimper (Finistère), il termina sa carrière comme chef de gare principal à Paris-Saint-Lazare.
Loys Tercinier fut d’abord syndiqué à la CFTC, puis rejoignit la Fédération des cadres. Son engagement syndical débuta avec les grèves de l’été 1953 dans les services publics. Il fut délégué des cadres Exploitation de la région Ouest dont il était l’un des responsables. Il entra au bureau de la Fédération en juin 1969 en qualité de représentant de l’Exploitation. Il y restera dix ans.
Loin de se cantonner aux problèmes techniques de son corps d’origine, Loys Tercinier traitait dans la presse fédérale de questions extrêmement variées. Dans le numéro de juin 1969, le tout nouveau secrétaire fédéral signait l’éditorial consacré au bilan de l’année écoulée depuis mai 1968. Par la suite, il privilégia trois thèmes de réflexion : les perspectives de réforme de structure à la SNCF, la fiscalité et surtout la politique des transports vue à travers la concurrence rail-route. Il fut à la même époque animateur dans les stages de formation syndicale de Royaumont.
En mai 1972, Loys Tercinier devint secrétaire général. Il assurait le fonctionnement de la Fédération tout en continuant son travail d’information. Au niveau international, il représentait la Fédération au Comité intersyndical de Bruxelles et il assista au 32e congrès de la Fédération internationale des transports (ITF) à Dublin en juillet 1977.
En novembre 1977, Loys Tercinier devint président de la Fédération en remplacement de Raymond Decoudun, qui partait après vingt-deux ans de mandat présidentiel et trente-deux ans de présence au bureau de la Fédération. Il plaçait sa présidence sous le signe de la continuité dans son éditorial de décembre : « Ami et continuateur de Decoudun, mon objectif est de poursuivre son œuvre dans la direction tracée par nos congrès successifs... il n’y a ni inflexion, ni virage en quelque direction que ce soit. » Ce fut une présidence de courte durée. Arrivé à l’âge de la retraite, Loys Tercinier demanda au conseil national d’assurer sa succession. Il fut remplacé en mai 1979 par René Hers, secrétaire général.
Loys Tercinier milita ensuite chez les retraités ainsi que dans une association d’usagers des transports, dont il fut membre du bureau de 1979 à 1990.
Marié en juillet 1946 à Noyen-sur-Sarthe (Sarthe) avec Hélène Guérin, Loys Tercinier, dont l’épouse n’avait pas d’activité professionnelle, est père de trois enfants dont l’un est cadre à la SNCF.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article8920, notice TERCINIER Loys, Marie, Victor par Jean-Pierre Bonnet, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 27 avril 2012.

Par Jean-Pierre Bonnet

SOURCES : Maîtrise et cadres du rail, photo dans le numéro de juin 1972. — Renseignements communiqués par Loys Tercinier, novembre 2002. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément