LE GUYADER Marcel

Par Christian Bougeard

Né le 31 mai 1900 à Paimpol (Côtes-du-Nord) ; cultivateur ; maire de Ploubazlanec (1935-1938 et à partir de 1944, réélu en 1983) ; conseiller général SFIO, puis PSA, PSU et PS de Paimpol (1957-1979).

Cultivateur de primeurs sur la commune littorale de Ploubazlanec, près de Paimpol, marié et père de deux enfants, Marcel Le Guyader fut d’abord élu conseiller municipal en 1933. En 1935, il devenait maire de Ploubazlanec mais il démissionna en novembre 1938. Il fut remplacé par le conseiller d’arrondissement conservateur Pierre Le Marrec qui fut nommé maire par Vichy en 1941. En mai 1945, Marcel Le Guyader fut réélu maire de Ploubazlanec à la tête d’une municipalité d’Union républicaine antifasciste, sans cesse réélu, la dernière fois en 1983. Après guerre, c’était un militant de la SFIO.

En octobre 1957, lors du décès du conseiller général RGR du canton de Paimpol Eugène Hélary qui avait battu le communiste Albert Flouriot* en 1949, Marcel Le Guyader accepta de se présenter contrairement à 1955. Au 1er tour, il arriva largement en tête avec 44 % des suffrages devant le Dr Le Balch (RGR, 23,2 %), l’ancien maire de droite de Paimpol, de Sagazan (22,2 %) et le communiste Le Calvez (9,6 %). Le Guyader l’emporta au 2e tour avec 55,8 % et fut réélu en 1961. Ce cultivateur socialiste pouvait s’appuyer sur de nombreux réseaux agricoles. En 1958, il était président cantonal de la CGA (sans doute de la FDSEA ?), président de la coopérative de primeurs « la Paimpolaise », vice-président de la caisse régionale du Crédit Agricole et membre de la chambre d’Agriculture des Côtes-du-Nord. En outre, il entretenait de bonnes relations avec les communistes. Pour toutes ces raisons, Marcel Le Guyader fut désigné par la SFIO comme suppléant de François Broudic en novembre 1958 dans la nouvelle circonscription de Lannion. Pourtant, dès le 24 septembre 1958, il avait été, selon les Renseignements généraux, l’un des trois conseillers généraux socialistes des Côtes-du-Nord à approuver Antoine Mazier* pour son passage dans « la dissidence », c’est-à-dire au PSA. C’était aussi le cas de Louis Morel* et du Dr Clech fils, conseiller général de la Roche-Derrien. Mais dans une lettre adressée au nouveau secrétaire fédéral Alexandre Thomas et publiée le 18 octobre 1958, Le Guyader comme Broudic, conseiller général de Tréguier, avaient fait connaître leur maintien à la SFIO. C’est ce qui explique leur candidature aux élections législatives pour la SFIO. Broudic obtint 14,4 % des voix au 1er tour, nettement devancé à gauche par le député communiste sortant Marcel Hamon*.

Mais Marcel Le Guyader adhéra rapidement au PSA, sans doute dans la foulée d’Yves Le Foll*. Un bilan dressé en octobre 1959 indiquait que la section SFIO de Paimpol (une quarantaine d’adhérents), présidée par Marcel Le Guyader, avait rejoint le PSA et Antoine Mazier. En fait, dès le 18 avril 1959, il était le suppléant de Mazier aux élections sénatoriales. En novembre 1962, Marcel Le Guyader fut lui-même candidat du PSU aux élections législatives dans la circonscription de Lannion. Il n’obtint que 11,3 % au 1er tour, toujours devancé à gauche par Marcel Hamon (25,5 %). À la suite d’un accord départemental PCF-PSU-SFIO, il se désista en sa faveur au second tour, mais le centriste radical-pléveniste Pierre Bourdellès fut réélu député dans une triangulaire. En mars 1967, le maire de Ploubazlanec, redevint le suppléant de Pierre Jagoret* (PSU) à Lannion qui obtint 15,5 % des voix à côté des 26,5 % de Marcel Hamon. Aux législatives de juin 1968, un nouveau tandem du PSU prit la relève à Lannion. Il avait été aussi candidat du PSU dans les Côtes-du-Nord aux élections sénatoriales de 1962 et de 1971. En septembre 1971, il était le suppléant d’Yves Le Foll. Marcel Le Guyader, adhérent du PS, sans doute à partir de 1974, resta conseiller général du canton de Paimpol jusqu’en 1979. L’agriculteur paimpolais Louis Conan (PS) lui succéda. Le 6 mars 1983, aux élections municipales à Ploubazlanec, Marcel Le Guyader conduisait toujours une liste qui avec 49,93 %, à deux voix près, rata sa réélection au 1er tour. Contre deux autres listes, elle l’emporta difficilement au second tour (51,9 %, 21 élus sur 27). À 83 ans Marcel Le Guyader fut réélu maire de sa commune.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article89138, notice LE GUYADER Marcel par Christian Bougeard , version mise en ligne le 18 septembre 2010, dernière modification le 9 septembre 2010.

Par Christian Bougeard

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor, 3 M 262. Registre des maires et conseillers municipaux de l’arrondissement de Saint-Brieuc (1925-1945), 46 W 8 et 9. Rapports des Renseignements généraux (1957-1959 et 1960-1962), 1192 W 39, 40, 41, 43, 45, 46, 47. Elections législatives de 1958, 1962 et 1967. — Le Combat Social, 12 et 19 octobre 1957. — Le Combat Socialiste, avril 1959 et 26 septembre 1971. — Ouest-France, 7, 14 et 22 mars 1983.

Version imprimable Signaler un complément