HUBERT Gabriel

Né en 1911 ; employé à la Compagnie du gaz de Paris ; militant socialiste SFIO ; volontaire en Espagne républicaine ; résistant.

Marié, Gabriel Hubert, membre du Parti socialiste SFIO, fut un militant actif. Employé à la Compagnie du gaz de Paris, il se fit parrainer par deux communistes de ses amis, pour s’engager dans les rangs des Brigades internationales (de novembre 1936 à juin 1938). Il eut droit à une permission à l’occasion du XXXIVe congrès du parti tenu à Marseille (Bouches-du-Rhône) les 10-13 juillet 1937. Il n’était toutefois pas délégué. Il rentra par la suite, blessé, ayant commandé la 14e Brigade internationale (bataillon « Commune de Paris » et 9e bataillon). Il fut soigné à l’hôpital d’Alicante.

À Paris, les gendarmes lui remirent une convocation pour l’armée. Il était alors considéré comme insoumis et fut envoyé à Colmar, dans les Chasseurs à pied. Mais il ne se déplaçait qu’avec des béquilles et ne demeura que trois mois à l’armée.

Lors de la déclaration de guerre en 1939, il était affecté spécial à Gennevilliers (Seine, Hauts-de-Seine) chez « Amard et Walker ». Résistant, il aurait été l’auteur de plusieurs sabotages dans l’usine et devint membre des FTPF. Il demeurait socialiste.

En 1978, il était membre de l’Association des volontaires de l’Espagne républicaine (AVER).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article88996, notice HUBERT Gabriel, version mise en ligne le 31 août 2010, dernière modification le 12 septembre 2013.

SOURCES : Arch. AVER. — Entretien avec Luc Decaster le 3 septembre 1974. — Paloma Fernandez, Le retour et l’action des anciens volontaires des BI en région parisienne de 1937 à 1945, mémoire de maîtrise, Paris I, 1984. — G. Cogniot, Parti Pris, tome 1, 1976. — J. Delperrie de Bayac, Les Brigades internationales, op. cit., p. 396, 440.

Version imprimable Signaler un complément