ISGLEAS François (Francisco)

Par André Balent

Ouvrier bouchonnier à Céret (Pyrénées-Orientales) ; syndicaliste CNT.

François Isgleas était de nationalité espagnole. Il adhéra au syndicat des ouvriers bouchonniers (CGT) de Céret alors que le mouvement syndical, dans cette ville, était, au début des années 1920, dans une phase « descendante ».

Lors de la réunion de reconstitution du syndicat confédéré des bouchonniers cérétans (salle Saint-Roch, 6 septembre 1923) qui se tint en présence de Nicolas, délégué régional de la Fédération du Tonneau et de Joseph Berta*, secrétaire de l’UD-CGT des Pyrénées-Orientales, François Isgleas fit, en langue catalane, une intervention remarquée. Il exhorta notamment les ouvriers cérétans de toutes les corporations à s’unir pour défendre leurs intérêts.

Le 8 septembre 1923, commença une grève des ouvriers bouchonniers cérétans qui réclamaient le passage du salaire d’une journée de travail de 11,50 F à 13 F. Cette grève durait toujours le 15 septembre 1923. François Isgleas, qui jouait dans ce mouvement un rôle non négligeable, était à cette date interné du fait de sa qualité d’« étranger ». Il fut, sur ordre du préfet, expulsé de France. Le secrétaire de l’UD-CGT, Joseph Berta, intervint auprès de ce dernier, mais il se heurta à une fin de non-recevoir.

Il se peut que ce militant soit Francesc (prénom catalan) ou Francisco (prénom espagnol) Isgleas, militant et dirigeant en vue de la CNT en Catalogne. En effet, au début des années 1920, avant et après l’instauration de la dictature du général Primo de Rivera, nombre de militants anarcho-syndicalistes catalans qui se sentaient menacés, vinrent se réfugier en France et notamment dans les Pyrénées-Orientales. Le militant cérétan et le dirigeant de la CNT en Catalogne avaient en commun le prénom, le nom (patronyme qui n’est guère répandu), la profession et la nationalité.

Francesc (Francisco ou François) Isgleas, ouvrier bouchonnier à San Feliu de Guixols (province de Gerona), port et centre de l’industrie du bouchon et du liège où il naquit en 1880, fut en effet un militant en vue de la CNT en Catalogne.

De 1920 à 1921, il fut membre du Comité régional de la CNT catalane et, à plusieurs reprises, secrétaire de la Fédération régionale de la CNT de Gerona. De 1919 à 1927, il collabora régulièrement à l’Accio social Obrera de San Feliu de Guixols.

Entre 1931 et 1936, il siégea à nouveau et à plusieurs reprises au comité régional de Catalogne de la CNT.

De décembre 1936 à mai 1937, il fut conseiller, donc ministre de la Défense de la Generalitat de Catalogne (gouvernement de la Catalogne autonome).

De 1937 à 1939, membre de la commission régionale de la CNT catalane, il intervint, en avril 1938 dans la constitution du mouvement libertaire de Catalogne. En mars 1939, lors d’une réunion tenue à Perpignan, il devint membre du Comité du Mouvement libertaire espagnol.

Francesc Isgleas vécut exilé jusqu’en 1976. Il mourut à Barcelone en 1977.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article88981, notice ISGLEAS François (Francisco) par André Balent, version mise en ligne le 31 août 2010, dernière modification le 1er octobre 2012.

Par André Balent

SOURCES : L’Action syndicale, octobre 1923. — L’Indépendant, 10 et 15 septembre 1923. — Gran Enciclopedia catalana, t. 8, p. 673 (Barcelone, 1975) et t. 16, p. 454 (Barcelone, 1983). — J. Peirats, La CNT et la Revolucion espanola, 3 vol., Paris, Ruedo Iberico, 1971.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément