HOUËL Marcel

Par Claude Pennetier

Né le 12 octobre 1921 à Lyon (Rhône), mort le 18 octobre 1985 à Vénissieux (Rhône) ; maçon ; membre du bureau de la fédération communiste ; secrétaire de l’UL-CGT de Lyon ; maire de Vénissieux (1962-1985), député (1962-1973), conseiller général.

Ouvrier du bâtiment, Marcel Houêl adhéra au Parti communiste en 1945. Il fut durablement à la fois syndicaliste et communiste. Ainsi, de 1953-1956, il cumule les fonctions de secrétaire de l’Union locale CGT de Lyon, de membre du bureau fédéral communiste et de responsable du Service d’ordre. Il ne fut plus que membre du comité fédéral à partir de 1957, mais reste à la tête de l’UL de Lyon jusqu’en 1961.

Son itinéraire fut alors profondément modifié. Il était conseiller municipal de Villeubanne, mais la fédération voulait renforcer la municipalité de Vénissieux. Elle souhaitait que le dirigeant historique Louis Dupic, maire depuis la Libération, malade laisse la place. Le secrétariat fédéral hésita entre Jean Capiévic et Marcel Houël, ce fut finalement ce dernier qui s’installa à Vénissieux et devint maire en 1962. Il le resta jusqu’à son décès en 1985, participant à l’explosion démographique (plus du doublement de la population pendant son mandat) marqué notamment par la construction des Minguettes. Il connut les premiers incidents qui en septembre 1981 mit ce quartier dans le feu de l’actualité. La même année, il fut élu député (6e circonscription du Rhône), conservant son mandat jusqu’en 1973.

Après sa mort, André Gerin lui succéda à la mairie (1985-2009).

Une avenue de Vénissieux porte le nom de Marcel Houël.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article88878, notice HOUËL Marcel par Claude Pennetier, version mise en ligne le 24 août 2010, dernière modification le 5 octobre 2010.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Sites internet.

Version imprimable Signaler un complément