GOLLER Jeanne

Par Robert Aimé

Née le 7 janvier 1928 à Romazy (Ille-et-Vilaine) ; professions diverses ; militante syndicaliste ; militante communiste ; conseillère municipale de Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne), responsable des questions culturelles.

Née d’un père juif et d’une mère bretonne, Jeanne Goller avait six ans lorsque le père quitta le foyer conjugal. Elle arriva en 1936 à Paris, où sa mère rencontra un militant communiste (orfèvre de métier) dont l’influence s’exerça sur les deux femmes ; il appelait Jeanne “sa fille spirituelle”. La mère de Jeanne militait à l’UJFF (Union des jeunes filles de France) et collectait des fonds pour les républicains espagnols.

Dans le souci d’éviter arrestations et rafles, Jeanne Goller fut placée en zone libre par la Croix-Rouge à Navarrenx (Pyrénées-Atlantiques) où elle travailla quelques mois, à treize ans, serveuse dans une buvette, puis quatre ans bonne dans une ferme. De retour à Paris en 1946, elle y vécut avec sa mère, son beau-père étant décédé en 1944. Elle travailla trois ans (1946-1949) dans une fabrique de cartonnage, adhéra à la CGT, puis au PC l’année suivante (1947) ainsi qu’à l’UJRF (Jeunesses républicaines), dont elle devint membre du secrétariat du XIe arr. à Paris, puis à l’UJFF (membre du bureau national) et y milita jusqu’à l’âge de 30 ans. Elle suivit une “école centrale” du parti en 1951. Ayant mené une action revendicative dans son entreprise, elle fut licenciée. Embauchée à l’imprimerie Weil (Kremlin-Bicêtre, 1950-1951) où elle mena une action syndicale pour la création d’un comité d’entreprise et diverses revendications, elle fut licenciée de nouveau. Après un an de chômage, Jeanne Goller fut standardiste à l’UFI (Union française d’information) durant sept années (1953-1959).

Jeanne Goller se fixa à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne) en 1962 où – entourée de quelques enseignants – elle créa le “Cercle culturel Gérard Philipe, Travail et Culture” dont elle assura le secrétariat général de 1963 à 1978, puis la présidence jusqu’en 1981, année où l’intense activité du cercle sera relayée par le “Centre culturel” de la municipalité communiste qui apporta constamment son soutien au Cercle TEC.

Conseillère municipale de 1971 à 1977, chargée des questions culturelles, Jeanne Goller exercera de front et avec rigueur ces deux fonctions sans cesser de militer au PC (comité de section). Déclinant la proposition d’accès au bureau national de TEC, elle sera, par contre, membre de la Commission Sud-TEC regroupant les sections et comités TEC du Val-de-Marne. L’action du “Cercle Gérard Philippe TEC” s’est étendue à toutes les disciplines artistiques, culturelles et touristiques : ciné-club, nombreux abonnements théâtre (230 cars-spectacles), variétés, visites, expos diverses, voyages à l’étranger, circuits touristiques, rallye-auto, etc.

De 1960 à sa retraite (1988), Jeanne Goller travailla à la BCEN (Banque commerciale d’Europe du Nord) comme standardiste. En 1997, elle épousa André Paris, cadre supérieur à la SFP (Télévision) avec qui elle vivait depuis 1980.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article88854, notice GOLLER Jeanne par Robert Aimé, version mise en ligne le 23 août 2010, dernière modification le 23 août 2010.

Par Robert Aimé

SOURCE : Questionnaire et entretiens téléphoniques avec Jeanne Paris, mars 1999.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément