HOUPERT Paul

Par Daniel Grason

Né le 11 mai 1905 à Épinal (Vosges) ; volontaire en Espagne Républicaine ; militant syndicaliste et communiste de Saint-Ouen.

Il habitait 175 Bd Victor Hugo, à Saint-Ouen (Seine, Seine-Saint-Denis), son père Michel et sa mère Caroline étaient antifascistes. Titulaire du Certificat d’études primaires, il apprit son métier d’ajusteur pendant quatre ans chez Renault à Boulogne-Billancourt, l’entreprise comptait trente-trois mille ouvriers.

Il partit au service militaire en 1925 pour dix-huit mois. Il fut incorporé comme soldat au 522e Régiment de Chars de Combat à Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), et devint conducteur de char.

Il travailla comme ajusteur outilleur chez Citroën (1933), Messier (1934), Simca (1936), dans ces entreprises, il participa aux grèves. Il était membre de la CGTU, puis de la CGT. Il fréquenta le Club sportif audonien affilié à la FSGT pendant deux ans. Il adhéra au Parti communiste sur son lieu de travail, Citroën à Clichy en septembre 1933, suivi une école de formation du Parti. Il déclarait sur sa notice biographique le 11 juillet 1938 qu’il lisait l’Humanité, les Cahiers du bolchevisme, Correspondance internationale, qu’il avait lu Karl Marx, Staline, Lénine, Thorez, Frachon et qu’il parlait et écrivait en français et en allemand.

Paul Houpert était à bien des égards l’ouvrier type de la métallurgie parisienne : éduqué, ouvrier professionnel, autodidacte, ayant des responsabilités : secrétaire local des métallurgistes de Saint-Ouen comptant cinq mille syndiqués.

Il arriva en Espagne le 21 février 1937, il fut affecté à la 14e Brigade au garage, fut nommé caporal, puis sergent et commissaire politique. Il fut cité à l’ordre du jour de la Compagnie, participa à la bataille de l’Ebre qu’il franchit le 25 juillet 1938 avec le Bataillon Commune de Paris. Selon un rapport de Roger Croc sur la tenue des cadres au combat : « Paul Houpert fut un des principaux artisans de l’offensive ». Paul Houpert est mort en Espagne, il figurait sur la liste des deux mille noms des brigadistes qui ont donné leur vie pour la liberté publiée par l’AVER.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article88614, notice HOUPERT Paul par Daniel Grason, version mise en ligne le 6 août 2010, dernière modification le 26 septembre 2011.

Par Daniel Grason

SOURCES : RGASPI 545.6.1235. BDIC mfm 880/19. — Épopée d’Espagne. Brigades internationales 1936-1939, Ed. AVER, 1957. — Andreu Castells, Las Brigadas Internationales de la guerra de Espana, Barcelone, 1974.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément