HELD Claude, Eugène, Jacques

Par Jacques Girault

Né le 1er mars 1936 à Paris (XVIe arr.) ; professeur ; militant communiste de l’Aisne puis du Loiret ; écrivain.

Fils d’employés de bureau d’origine alsacienne, Claude Held ne reçut aucun sacrement religieux. Il commença sa scolarité primaire à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine) avec un passage à Bourges (Cher) en 1942-1943 où l’usine où travaillait son père était repliée. Élève au lycée Chaptal à Paris jusqu’en classe préparatoire, puis étudiant à la Sorbonne, après avoir obtenu la licence et le CAPES d’Anglais en 1959, il fut reçu à l’agrégation d’Anglais en 1964. Il fit son service militaire (1961-1963) dans un régiment d’infanterie de marine à Pontoise.

Held, maître auxiliaire dans deux cours complémentaires au Kremlin-Bicêtre puis dans le XVIIe arrondissement de Paris (1957-1959), enseigna comme professeur aux lycées de garçons d’Arras (Pas-de-Calais) en 1960-1961 puis de Laon (Aisne) de 1961 à 1967. Il devint professeur de Lettres supérieures puis de Première supérieure (1968-1996) au lycée Pothier à Orléans (Loiret) où il avait été nommé en 1967 et y enseigna jusqu’à sa retraite en 1996.

Il épousa religieusement en mars 1961 à Poitiers (Vienne) Jacqueline Bonneau, une « catholique de gauche », comme il la désignait dans sa biographie, fille d’une enseignante, professeur de philosophie à l’École normale d’instituteurs de Laon de 1960 à 1967. Elle obtint sa mutation pour l’École normale d’instituteurs d’Orléans où elle enseigna la psychologie de l’enfant et la littérature de jeunesse jusqu’en 1980. Le couple eut trois enfants qui furent seulement baptisés.

Held, membre du Syndicat national de l’enseignement secondaire depuis 1957, était membre du bureau de la section syndicale (S1) du SNES au lycée de Laon.

Il adhéra au Parti communiste français au lycée Chaptal en 1956 puis à l’Union des étudiants communistes en 1958. Tour à tour trésorier puis secrétaire de sa cellule communiste, il devint membre du secrétariat de la section communiste de Laon, responsable de la propagande. Il entra à la commission fédérale de contrôle financier de l’Aisne en 1966.

Held et son épouse habitaient à Boigny-sur-Bionne et militaient dans l’organisation communiste locale. Responsables du journal, ils animaient la dynamique de l’union de la gauche dans la localité. Il refusa la proposition de la fédération communiste de conduire la liste d’union de la gauche aux élections municipales de 1977. Il quitta alors le PCF.

Intéressé par les expressions graphiques (peinture, gravure, photographie), Held écrivait des ouvrages (romans, poésies, théâtre, albums) constituant des « passerelles entre l’adulte et l’enfant ». Le premier, signé seulement par lui, parut en 1971. Ces productions intégraient des éléments de la vie politique et sociale (guerres, rôle des médias, restriction des libertés, etc.). « Par le collage (issu d’articles de presse) et l’énormité de la dérision, je suggère les délires d’une époque ». Faisant appel aux langages contemporains, aux images (photos, cinéma, peinture), il « entraîne une démultiplication du regard et un rapport passé/présent en écho, en ricochet ». Son œuvre poétique très diversifiée croise et se nourrit des apports de musiciens, de peintres. Ses traductions de nombreux poètes s’accompagnaient de publications des siens en langue anglaise, allemande, espagnole ou italienne.

Held dirigea aussi un atelier d’écriture auprès des détenus de la maison d’arrêt de Tulle (Corrèze) en 2000, publié sous le titre Ouverture. En 2002, il anima dans le cadre du programme « L’Ami littéraire » de la Maison des Écrivains un travail de création poétique avec les élèves du lycée professionnel de Saint-Aignan.

Son épouse publia de nombreux ouvrages de genre divers, parfois avec sa collaboration, souvent pour un jeune public, dans des maisons d’éditions variées (Magnard, Grasset, Dessain et Tolra, Milan, La Farandole, L’École des Loisirs, Seghers, etc.).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article88086, notice HELD Claude, Eugène, Jacques par Jacques Girault, version mise en ligne le 16 mai 2010, dernière modification le 5 juin 2010.

Par Jacques Girault

ŒUVRE : Le fichier de la Bibliothèque nationale de France comporte 84 notices, éditions ou rééditions, ouvrages écrits seul ou avec son épouse. Pour Jacqueline Held, il comprend 146 notices du même type. Parmi ses dernières publications, citons : Rencontre avec Goya : les Caprices, La Bartavelle, 1993. — Lettre au silence, Jacques Brémond, 1994. — Qui a dit que nous étions dans les nuages ?, Donner à Voir, 2002, poèmes à partir des gravures de Matt Mahlen. — Codex d’un bienheureux, Propos/2, 2005.

SOURCES : Arch. du comité national du PCF. — Divers sites Internet. — Renseignements fournis par l’intéressé.

ICONOGRAPHIE : Jacqueline et Claude Held en mai 2006.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément