GUICHARD Yvon, Jacques

Par Jean-Claude Lahaxe.

Né le 28 juin 1921 à Cheval Blanc (Vaucluse), mort le 4 mai 1989 à Marseille IXe arr. (Bouches-du-Rhône) ; instituteur ; militant communiste ; conseiller municipal de Marseille ; conseiller général.

Fils d’un cultivateur, Yvon Guichard entra à l’École normale d’instituteurs d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) en 1939. Durant ses études, il rencontra Suzanne Eynard, normalienne elle aussi. Il l’épousa en juillet 1942 à Marseille. Leur couple eut quatre enfants.

Yvon Guichard fut déporté en usine disciplinaire en Allemagne et ne retourna à Marseille que le 7 mai 1945. Instituteur à l’Estaque (Marseille) lors de la rentrée scolaire d’octobre 1945, membre du Syndicat national des instituteurs, il y effectua toute sa carrière professionnelle qu’il termina au poste de directeur d’école.

Yvon Guichard adhéra au Parti communiste français en mai 1945. Membre du bureau de la section communiste de l’Estaque, il faisait partie du comité d’intérêts du quartier de l’Estaque-Plage.

Yvon Guichard fut régulièrement présenté par le PCF lors des élections municipales et cantonales. Présenté comme dirigeant d’associations laïques, placé en vingt-quatrième en position sur la liste, il ne devint pas conseiller municipal le 8 mars 1959 mais il remplaça bientôt Alexandre Crottier-Combes tombé malade. L’année suivante, il figura en cinquième position derrière Lucien Molino sur la liste « Union des forces démocratiques » présentée pour les municipales dans le 7e secteur (13e et 14e arrondissements). Cette liste fut battue au second tour par celle du socialiste Jean Masse.

Yvon Guichard fut candidat au Conseil général dans le 7e canton de Marseille en 1952. En 1958, il fut élu avec 16 961 voix sur 28 069 suffrages exprimés. Après le décès de Charles Susini, candidat le 24 juin 1962, il obtint 10 318 voix sur 55 125 inscrits et 16 810 suffrages exprimés. Il retrouva le siège, en dépit du maintien du candidat socialiste SFIO, avec 11 744 voix sur 18 064 suffrages exprimés. Au deuxième tour, il fut élu en 1964 et le 15 mars 1970 (66,46 % des suffrages exprimés). Pour des raisons de santé et de famille, il ne se représenta pas dans ce canton en mars 1976. Il contribua toutefois à l’élection d’André Mille.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article87847, notice GUICHARD Yvon, Jacques par Jean-Claude Lahaxe., version mise en ligne le 1er mai 2010, dernière modification le 1er juillet 2010.

Par Jean-Claude Lahaxe.

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Presse locale : La Marseillaise, 9, 12 mars 1951, 22 février 1959, 24 avril, 7 (photo), 24 (photo) juin 1962, 16 mars 1964, 20 février 1965, 3, 5 (photo), 14 et 16 mars (photo) 1970, 2 janvier (photo), 7 janvier 1976. — Déclarations de Suzanne Guichard des 20 mai et 24 juillet 1998, revues le 15 juin 2001. – Notes de Jacques Girault.— Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément