LESOIL Léon, Emile

Par José Gotovitch

Né le 22 janvier 1892 à Estinnes au Mont (Hainaut) , mort au camp de concentration de Neuengamme, le 3 mai 1942 ; fondateur du PCB, membre du comité central ; délégué au 4e congrès de l’IC ; dirigeant de l’Opposition et fondateur du Parti Socialiste révolutionnaire et de la Quatrième Internationale.

Né dans une famille ouvrière, il travaille comme géomètre de charbonnage. Réformé, il s’engagea comme volontaire en 1914, faisant partie du Corps des Auto Canons Mitrailleuses qui partit sur le front russe. Il y conquit le grade de maréchal des logis, fut grièvement blessé et fut cité deux fois à l’ordre du jour.

Témoin de la révolution d’Octobre, il adhéra au communisme. Il rentra en Europe via les États Unis où il fut démobilisé. Rentré à Châtelineau, il s’affilia au Parti Ouvrier Belge et se fit immédiatement remarquer dans les meetings antimilitaristes des Anciens Combattants Socialistes. Il rejoignit le Parti communiste à sa fondation et devient un agitateur très actif dans la région de Charleroi. Membre du comité central, il s’engagea notamment dans l’action en faveur des affamés de Russie et se rendit aux réunions de ce comité à Berlin et à Essen. Il perdit pour cette raison son emploi de géomètre et descendit dans la fosse comme ouvrier mineur.

Il fit partie de la délégation belge au IVe congrès de l’IC. Il présenta également devant le Profintern un rapport sur la situation des syndicats en Belgique.En 1923, il fut arrêté, enfermé, jugé et acquitté lors du « Grand Complot » déclenché par la justice pour répondre à la très active campagne contre l’occupation de la Ruhr dont il était un protagoniste actif. Permanent du parti au moment de la grande discussion sur la question russe, il se rangea aux cotés de l’opposition avec laquelle il fut exclu. Il pratiqua alors l’entrisme au sein de la gauche socialiste. Il rencontra Trotsky , qui l’appréciait hautement, et créa le PSR en 1936 puis participa en 1938 à la fondation de la Quatrième Internationale. Il fut arrêté le 22 juin 1941 lors de l’opération Barbarossa qui vit l’arrestation de centaines de communistes, et fut déporté au camp de concentration de Neuengamme en septembre 1941. Il y périt du typhus .

Résidant à Chatelineau, il s’y était marié (Madeleine Werbrouck) et avait eu un enfant en 1920.

Une fondation perpétue le nom de cette figure emblématique du trotskysme belge

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article87833, notice LESOIL Léon, Emile par José Gotovitch, version mise en ligne le 1er mai 2010, dernière modification le 26 mai 2017.

Par José Gotovitch

SOURCES : RGASPI, 495 193 313 ; Parquet du Procureur du Roi de Bruxelles, Instruction du procès de 1923 (Moscou, Osoby, 102 57-1) ; Marxists Internet archive (www.marxist.org) ; Administration des Victimes de guerre, dossier PP. "Léon Lesoil. Mort au camp de concentration de Hambourg-Neuengamme" (sd)

Version imprimable Signaler un complément