GONZALEZ Jacques, Henri, Marcel

Par Paul Boulland

Né le 21 septembre 1931 à Drancy (Seine, Seine-Saint-Denis) ; employé EDF-GDF ; militant communiste, secrétaire de la fédération UJRF puis UJCF de Seine-Nord-Est (1956-1962), membre du secrétariat de la fédération PCF de Seine-Nord-Est (1962-1964) ; maire adjoint de Drancy, conseiller général de Seine-Saint-Denis (1967-2001).

Son père, employé communal, était de sensibilité socialiste, et sa mère, sans profession, était décrite comme « sympathisante UFF » en 1953. Titulaire du brevet élémentaire, Jacques Gonzalez prépara le concours d’entrée d’une école de travaux publics avant d’entrer à EDF. Domicilié à Drancy, il travaillait comme employé au centre EDF Ile-de-France Nord, avenue Friedland à Paris (VIIIe arr.). Il adhéra à la CGT en 1950 puis, l’année suivante, au Parti communiste français, en mai, et à l’UJRF, en juillet. Dès son adhésion, il suivit les cours d’une école de section du PCF et devint secrétaire du cercle UJRF de Drancy. Appelé en avril 1952, il effectua son service militaire dans le génie, avec le grade de sous-lieutenant.

À son retour, Jacques Gonzalez reprit une activité militante multiple. Sur le plan syndical, il siégea à la commission exécutive du syndicat CGT de son centre EDF puis devint secrétaire de la section syndicale entre octobre 1953 et février 1955. Également militant « dévoué et actif » de la section de Drancy, « d’un niveau idéologique élevé » selon le secrétaire Pierre Crapier, il suivit une école fédérale permanente en mars 1954 et fut membre de la commission d’éducation. Ayant créé au cours de l’année 1954 une cellule d’entreprise dans son centre EDF, il milita ensuite à Paris et devint membre du comité de la section PCF du VIIIe arrondissement. En novembre-décembre 1954, il suivit les cours de l’école centrale d’un mois du PCF à l’issue de laquelle il fut considéré comme l’un des « meilleurs élèves de la promotion », « très intelligent, dynamique, réfléchi ». C’est toutefois au sein de l’UJRF que ses responsabilités s’étendirent le plus rapidement. Toujours secrétaire du cercle de Drancy, il devint, en 1954, membre du comité fédéral, puis secrétaire de la fédération de Seine-Nord-Est et conserva cette responsabilité en 1956, après la formation de l’UJCF dont il intégra le comité national.

Devenu inspecteur commercial chez Gaz de France, Jacques Gonzalez demanda un congé en juillet 1957 afin de se consacrer, comme permanent, au secrétariat de la fédération UJCF de Seine-Nord-Est. Selon la fédération du PCF, son activité permit alors un important développement des Jeunesses communistes dans la banlieue nord-est. Il fut élève de l’école centrale de quatre mois du PCF au printemps 1958 mais la formation fut interrompue par les mobilisations contre le retour du général de Gaulle, en mai 1958.

Membre du comité fédéral communiste de Seine-Nord-Est à partir de 1957, puis du bureau en 1961, au titre de ses responsabilités dans l’organisation de jeunesse, Jacques Gonzalez devint, en 1962, secrétaire administratif de la fédération et responsable des organisations de masse. Il suivit à nouveau les cours de l’école centrale de quatre mois en 1963. À son retour, il fut chargé des questions de la paix et entra au bureau départemental du Mouvement de la paix. Ramené au bureau fédéral en 1964, il continua de se consacrer à cette activité et devint secrétaire du Mouvement de la paix pour le département de la Seine-Saint-Denis. Il continua de siéger au bureau fédéral PCF de Seine-Nord-Est devenu Seine-Saint-Denis, jusqu’en 1970, puis au comité fédéral jusqu’en 1987, demandant alors son retrait « pour permettre le renouvellement » des cadres.

Parallèlement, Jacques Gonzalez débuta une carrière d’élu local, comme maire adjoint de Drancy, dans la municipalité de Maurice Nilès*. Lors de la création du département de Seine-Saint-Denis, il fut élu conseiller général du canton du Bourget (Drancy Nord, Le Bourget, Dugny). Il conserva son mandat jusqu’en 2001, date à laquelle il ne se représenta pas, et fut vice-président du conseil général, chargé des finances, et président de l’Office départemental HLM de Seine-Saint-Denis. Il s’investit également dans l’Association nationale des élus communistes et républicains (ANECR), dont il fut secrétaire général, et participa aux activités du secteur de travail municipal de la direction du PCF.

Jacques Gonzalez s’était marié à Drancy le 5 décembre 1953 avec Jeanine Robin, employée, militante communiste. Il se maria à nouveau à Drancy le 26 juin 1999 avec Nang Khamfeuang Thoumany.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article87348, notice GONZALEZ Jacques, Henri, Marcel par Paul Boulland, version mise en ligne le 6 avril 2010, dernière modification le 12 septembre 2013.

Par Paul Boulland

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — L’Humanité. — État civil de Drancy.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément