SIRVENT Bernard, Marie

Par Michel Gorand

Né le 3 août 1936 à Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire) ; ouvrier puis conducteur ; membre du bureau fédéral des cheminots CFDT (1965-1967, 1970-1973) ; secrétaire général de l’Union départementale CFDT d’Indre-et-Loire (1968-1969).

Issu d’une famille de quatre enfants dont le père était forgeron puis cheminot ouvrier au Matériel, Bernard Sirvent entra à la SNCF comme apprenti en octobre 1951 à Tours (Indre-et-Loire). Il fut ouvrier au dépôt de Tours-Saint-Pierre en 1954, puis mécanicien de route en 1963. Bernard Sirvent adhéra à la CFTC en 1958 et prit de suite des responsabilités locales et régionales : secrétaire de la section du dépôt en 1959-1960, secrétaire du syndicat des cheminots en 1961-1962, secrétaire du secteur de Tours en 1963-1964, secrétaire général de l’Union Sud-Ouest des cheminots CFDT de 1967 à 1968, enfin secrétaire général de l’Union départementale d’Indre-et-Loire en 1968-1969.
Il fut élu au bureau fédéral lors du congrès d’évolution de janvier 1965 mais ne fut pas réélu au congrès d’avril 1967. Dégagé comme permanent fédéral en avril 1969 pour préparer l’évolution des structures, il fut candidat au congrès de 1970 à Dourdan, où il présenta le rapport de réforme des structures syndicales prévoyant la mise en place des Unions professionnelles régionales (UPR). Il fut élu secrétaire général adjoint, particulièrement chargé du secteur organisation et formation, ainsi que de la mise en place des UPR-CFDT. En désaccord avec les autres membres de l’exécutif lors du conflit de 1971, ce qui entraîna des débats difficiles et heurtés aux réunions de juin et juillet 1971 du bureau fédéral, Bernard Sirvent préféra ne pas se présenter au congrès de 1973 et reprit son service à la SNCF comme conducteur diesel à Amiens (Somme) en mai 1973, où il milita au dépôt de Longueau. Militant souvent qualifié de « basiste » ou « anarcho-syndicaliste », il était exigeant sur la pratique syndicale d’élaboration des revendications et des décisions d’action des travailleurs, sur la participation aux grèves et aux manifestations et luttait aussi contre la moindre forme d’influence ou d’entrisme politique ou autre.
Chargé du développement syndical dans la région d’Amiens, il fut à nouveau candidat et élu au secrétariat des cheminots lors du congrès de mai 1980 à Loctudy. Dégagé comme permanent syndical en 1981 pour le secteur information et développement, il reprit son service à la SNCF au dépôt de Longueau en avril 1984 et démissionna de la CFDT en 1985 pour désaccord avec la direction confédérale. Il prit sa retraite en août 1986 et fut président d’une association locale du cadre de vie de 1988 à 1995.

Il s’était marié à Saint-Cyr-l’Ecole le 28 mai 1958 avec Claude, Paule Dolique.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article8720, notice SIRVENT Bernard, Marie par Michel Gorand, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 28 décembre 2011.

Par Michel Gorand

SOURCES : Arch. CFDT. — Comptes rendus des congrès fédéraux. — Notes de Georges Ribeill. — Correspondances avec le militant, 2002.— Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément