EGLEN Joseph

Par Maurice Moissonnier

Verrier, 4, chemin des Verriers, à Givors (Rhône), il fut délégué au congrès constitutif de la Fédération nationale des Syndicats (Lyon 11-16 octobre 1886). Il appartint à la majorité révolutionnaire qui sortit victorieuse des débats. Le 15 octobre, il fut élu à la commission des résolutions sur la durée de la journée de travail.
L’année suivante, il fut délégué au deuxième congrès de la Fédération à Montluçon et, le 26 octobre 1887, à la tribune du congrès, il affirma que la révolution s’imposait, car les bourgeois n’accepteront jamais de réduire les heures de travail. Révolutionnaire, il évolua vers le blanquisme et suivit la tendance boulangiste qui se développa au sein du parti. Le 1er mai 1891, il fut à la tête du groupe d’une centaine de verriers qui manifestèrent à l’occasion de la première journée internationale de lutte.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article86602, notice EGLEN Joseph par Maurice Moissonnier, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

Par Maurice Moissonnier

SOURCES : Arch. Nat. F7/12 491, rapport du 31 octobre 1887 — Arch. Dép. Rhône, 10 M 864 et Congrès 10 M, 1er mai 1891. — Congrès national des Syndicats ouvriers (octobre 1886). Compte rendu officiel. Imprimerie nouvelle, Lyon 1887.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément