SENTUC Jean, André

Par Maurice Moissonnier

Né le 5 mars 1910 à Lue (Landes) ; cheminot dans le Rhône ; syndicaliste CGT et militant communiste ; conseiller municipal de Vénissieux (Rhône), 1947-1953.

Fils d’un résinier, Jean Sentuc fut élevé par son père dans des sentiments « de gauche ». Installé à Lyon (Rhône) après son service militaire, employé aux ascenseurs Gervais, il adhéra au Parti communiste en avril 1934. En 1936, il devint secrétaire de la cellule du quartier de Perrache-presqu’île.
Mobilisé puis démobilisé en 1940, il participa à la reconstitution du PC clandestin et fut arrêté le 21 décembre 1941. Révoqué de la SNCF où il était entré, il milita dans la Fédération illégale des cheminots et aida à la constitution de syndicats clandestins à Vénissieux, La Mouche, Perrache, Vaise et Oullins, concentrations cheminotes de Lyon et sa banlieue. En 1944, il participa à la grève insurrectionnelle des chemins de fer.
En 1945, il fut élu secrétaire de la section de Vénissieux du Parti communiste et, de 1948 à 1952, fut secrétaire du syndicat des cheminots de Vénissieux. En 1947, élu sur la liste communiste au conseil municipal de cette localité, il conserva ses fonctions jusqu’en 1953.
Au début des années soixante-dix, il était secrétaire des retraités CGT des cheminots de Vénissieux et membre de la section rhodanienne des vétérans du PCF.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article8637, notice SENTUC Jean, André par Maurice Moissonnier, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 4 avril 2012.

Par Maurice Moissonnier

SOURCES : Réponses du militant. — Rens. de la famille.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément