TOURRES François, Louis, Jean

Par André Balent

Né le 23 février 1875 à Alénya (Pyrénées-Orientales), mort le 11 avril 1948 à Alénya ; ouvrier agricole et petit viticulteur à Alénya ; miltant socialiste ; maire d’Alénya (1904-1908) ; conseiller municipal d’Alénya (1908-1912) ; à nouveau maire d’Alénya (1925-1930).

François Tourres était fils de François, granger et de Thérèse Sau. Il se maria à Alénya le 5 mai 1900 avec Thérèse, Marie, Anne Cayrol. Il était le beau-frère de François Cayrol* autre militant paysan et socialiste d’Alénya.

Ouvrier agricole à Alénya (Pyrénées-Orientales), commune de la plaine du Roussillon, au sud de Perpignan, F. Tourres milita au groupe socialiste de cette commune (fondé en décembre 1904, disloqué en 1910 et reconstitué en 1913). Ce groupe était affilié à la fédération socialiste des Pyrénées-Orientales qui adhérait au PS de F jusqu’en 1905, puis à la fédération unifiée. François Tourres fut élu au conseil municipal d’Alénya. Ce scrutin eut lieu pendant les grandes grèves des ouvriers agricoles du printemps 1904. Les socialistes entrèrent en force à la mairie. Peu après, ilsa dhérèrent au PS de F. Dans sa séance du 15 mai 1904, le conseil municipal d’Alénya élut François Tourres maire. Tout au long de son mandat, il fut attentif aux problèmes de s ouvriers agricoles de sa commune qui subissaient durement les effets de la contre-coups de la crise viticole qui provoqua la grande explosion de 1907. À cinq reprises, lors des séances des 12 décembre 1905, 26 avril 1906, 28 août 1906, 27 avril 1908, le conseil municipal d’Alénya décida d’ouvrir des chantiers communaux afin de subvenir aux besoins des chômeurs. le 26 juillet 1906, le conseil municipal décida d’aider deux travailleurs gravement malades en allouant à chacun d’entre eux 50 francs prélevés sur le budget (supprimé) des cultes. Penandant son premier mandat, de maire, François tourres réalisa l’électrification de la commune , en 1905, et décida de la construction d’une "classe enfantine".

Le congrès fédéral de Maury (1er avril 1907) l’avait désigné comme candidat du parti dans le canton de Perpignan-est (élections cantonales de juillet 1907) : le docteur Ernest Ferroul* de Narbonne fut élu conseiller général de ce canton à la faveur du grand mouvement provoqué par la crise viticole et dont il fut l’un des leaders. François Tourres fut à nouveau désigné comme candidat au conseil général dans le canton de Perpignan-est par le congrès fédéral de Torreilles (1913). Au scrutin du 3 août 1913, il obtint 220 voix (Victor Dalbiez, radical, fut élu).

En 1908, il fut réélu conseiller municipal d’Alénya mais briguait pas les fonctions de maire . En mai 1912, il ne fut pas réélu conseiller municipal.

Après le conrès de tours (décembre 1920), François Tourres donna son adhésion à la SFIO (Voir aussi : barjau Sylvain ; Cayrol Léon).

François Tourres fut à nouveau élu conseiller municipal d’Alénya en mai 1925. le 15 mai 1925, il fut élu maire de la commune avec 11 voix sur 12 votants. D’après le cabinet du préfet des Pyrénées-Orientales, le conseil municipal élu en mai 1925, comprenait sept socialistes SFIO (dont le maire et l’adjoint), un communiste et quatre radicaux-socialistes.

Aux élections de mai 1929, François Tourres fut réélu maire d’Alénya. Il obtint à nouveau onze voix sur douze lors de la séance d’installation du conseil municipal. Il démissionna de sa charge et fut remplacé par Auguste Lafon*. Il ne participa plus à la vie politique de la commune.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article86062, notice TOURRES François, Louis, Jean par André Balent, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 19 août 2017.

Par André Balent

SOURCES : Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 M5 249, 2 M5 268 II, 2M5 282, 2 M5 289 (anciennes cotes). — Arch. com. Alénya, registre des procès verbaux des séances du conseil municipal, registre de l’état civil. Le Socialiste des Pyrénées-Orientales, n° 299 (7 avril 1907), n° 611 (23 janvier 1914). — Horace Chauvet, La Politique roussillonnaise (de 1870 à nos jours), Perpignan, 1934.

Version imprimable Signaler un complément