SAALI Louis

Par Pierre Schill

Né le 18 décembre 1876 à Niederroedern (Bas-Rhin annexé), mort le 16 mars 1956 à Thionville (Moselle) ; visiteur de trains à la Société des chemins de fer d’Alsace-Lorraine ; assesseur à l’Office supérieure des chemins de fer d’Alsace-Lorraine à Strasbourg (Bas-Rhin) ; militant du syndicat CGT des cheminots d’Alsace-Lorraine puis du syndicat chrétien des cheminots d’Alsace-Lorraine ; conseiller municipal socialiste SFIO et adjoint au maire de Basse-Yutz (aujourd’hui Yutz, Moselle).

Quatrième d’une famille de sept enfants, fils d’un cordonnier, Louis Saali entra aux chemins de fer d’Alsace-Lorraine avant la Première Guerre mondiale. Il adhéra en septembre 1910 au syndicat libre (socialiste) des cheminots d’Alsace-Lorraine et du Luxembourg. Au début de l’année 1919, il adhéra à la section de Thionville du syndicat CGT des cheminots d’Alsace-Lorraine et milita parallèlement au Parti socialiste SFIO.

En septembre 1919 il dirigeait la Fédération CGT des cheminots mosellans et animait alors des réunions pour éviter que la Société des chemins de fer d’Alsace-Lorraine ne soit rattachée à la Compagnie de l’Est. Il souhaitait la voir rester indépendante ou être nationalisée. Il fut assez critique, jusqu’en 1920 au moins, envers le syndicat indépendant des cheminots. En août 1920, il fut probablement candidat de la CGT aux élections paritaires à Basse-Yutz. Il était visiteur de trains aux ateliers des chemins de fer.
En novembre 1920 la police signalait encore sa présence dans les réunions de la CGT tout en remarquant que « autrefois orateur influent », il ne prenait plus la parole.

Louis Saali se présenta en sixième position sur la liste socialiste SFIO aux élections législatives de novembre 1919. La liste menée par le secrétaire de la CGT Charles Becker obtint de bons scores dans les secteurs départementaux à forte concentration ouvrière. À l’échelle de la Moselle tout entière, sur 116 409 électeurs inscrits et 96 099 suffrages exprimés, Louis Saali obtint 26 623 voix. La liste locale d’Union sacrée (dénommée l’Union républicaine lorraine) obtint en moyenne 61 718 voix et ses huit candidats furent élus.

Il fut aussi candidat à plusieurs reprises aux élections municipales à Basse-Yutz. Aux élections du 30 novembre 1919 il se présenta sur la liste de gauche et obtint 559 voix sur 908 suffrages exprimés. Il fut élu. Il se présenta à nouveau aux élections du 23 juillet 1922 sur une liste opposée celle à dominante communiste menée par Émile Fritsch. Il obtint 506 voix sur 1 450 suffrages exprimés. Au second tour il obtint 565 voix sur 1 465 suffrages exprimés et fut réélu. Il fut élu deuxième adjoint.

À nouveau candidat aux élections des 3 et 10 mai 1925 sur la liste du maire sortant opposée à celle du Parti communiste, il obtint 708 voix sur 1 779 suffrages exprimés. Au second tour il obtint 845 voix sur 1 829 suffrages exprimés et ne fut pas réélu. Louis Saali se représenta une dernière fois aux élections municipales des 5 et 12 mai 1929 sur la Liste d’entente communale opposée à la liste communiste. Il obtint 753 voix sur 1 959 suffrages exprimés. Toute la liste communiste fut élue au premier tour.

En mai 1925, Louis Saali était assesseur à l’Office supérieur des chemins de fer d’Alsace-Lorraine à Strasbourg (Bas-Rhin). Il adhéra au début de l’année 1927 au syndicat indépendant (chrétien) des cheminots d’Alsace-Lorraine (Unabhängiger Eisenbahnverband). Il y milita au moins jusqu’à la fin des années trente.
Il s’était marié le 23 février 1920 à Basse-Yutz avec une veuve, Hélène Tiefenthal née Bergmann.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article8418, notice SAALI Louis par Pierre Schill, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 5 novembre 2008.

Par Pierre Schill

SOURCES : Arch. Dép. Moselle, 301 M 83 et 95 ; 303 M 53 et 95. — Arch. familiales. — Le Républicain lorrain, 18 mars 1956. — E.L. Baudon, Les élections en Moselle, 1919-1956, Metz, 1956, 94 p. — DBMOF, tome 41, p. 34. — Renseignements fournis par Daniel Tiefenthal, son petit-fils. — État civil de la commune de Niederroedern.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément