MULLER André

Né en février 1887 à Angers (Maine-et-Loire) ; mort en 1967 ; instituteur ; syndicaliste.

D’origine alsacienne, la famille d’André Muller s’était installée en Anjou au lendemain de la guerre de 1870. Le père, « wattman » sur les tramways d’Angers, militait au syndicat des traminots.
André Muller entra à l’École normale d’instituteurs d’Angers en 1903. Il en sortit en 1906 et adhéra peu après au syndicat. En janvier 1910, il publiait ses premiers articles dans L’Émancipation, bulletin du syndicat des instituteurs de Maine-et-Loire.
Délégué au 7e congrès de la Fédération des syndicats d’instituteurs, tenu à Chambéry du 15 au 17 août 1912, il y présenta un rapport favorable à la coéducation dont les conclusions furent unanimement approuvées par les délégués présents.
Muller combattit durant toute la Première Guerre mondiale comme soldat de 2e classe. Après la guerre, il continua sa collaboration à l’Émancipation et publia dans les Lectures pour la jeunesse, revue mensuelle rédigée à l’intention des enfants, des poésies et des saynètes de qualité.
Bien que plus idéaliste qu’homme d’action, Muller ne se déroba jamais dans les moments critiques et témoigna toujours de la solidité de ses convictions. Après avoir exercé de longues années à Angers, il se retira dans le Midi de la France, au moment de sa mise à la retraite.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article83769, notice MULLER André , version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

SOURCES : Arch. Dép. de Maine-et-Loire, série M. — Arch. du syndicat des instituteurs de Maine-et-Loire. — Bernard, Bouet, Dommanget, Serret, Le Syndicalisme dans l’enseignement, op. cit.

Version imprimable Signaler un complément