MOREAU Ernest, Maurice, Victor

Né à Essertenne-et-Cecey (Haute-Saône) le 2 août 1853 ; mort à Paris le 23 octobre 1908 ; forgeron ; conseiller municipal de Paris.

E. Moreau appartenait à la Fédération des groupes socialistes révolutionnaires indépendants lorsqu’ils s’organisèrent au cours de l’Affaire Dreyfus. Secrétaire du Comité électoral de Grenelle de la FTSF en 1890, Ernest Moreau, qui militait dans cette organisation depuis 1883, était également secrétaire de la chambre syndicale des forgerons mécaniciens. Il résidait 81 rue du Théâtre (Paris, XVe arr.). Il subit un premier échec au conseil municipal de Paris dans le XVe arr. (Grenelle) en 1893 comme candidat du POSR, il avait obtenu 23,28 % puis 25,82 %. Exclu du POSR en novembre 1893 il fut élu en 1894 comme candidat socialiste indépendant avec 17,33 % puis 26,47 % et réélu en 1896 avec 34,47 % puis 40,19 %, sous l’étiquette du CRC (auquel il avait donné son adhésion depuis avril 1895). Il s’en sépara après cette élection et se présenta alors comme ocialiste indépendant. Il ne rallia pas l’Unité socialiste. Il participa au banquet de Saint-Mandé. Réélu comme socialiste en 1900 dans le quartier de Grenelle avec 41,47 % des voix, délégué de la Seine au congrès de Lyon (1901), il s’éloigna bientôt du mouvement ouvrier et conserva son siège contre Paul Aubriot aux élections de 1904 (avec 34,71 % puis 48,90 %) et de 1908 (avec 33,19 % puis 36,16 %). Il ne survécut pas longtemps à ce dernier succès.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article83643, notice MOREAU Ernest, Maurice, Victor , version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

SOURCES : Bibl. Nat., Notes biographiques..., op. cit. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes III, pp. 170 à 182, passim.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément