ROTHENBÜHLER Louis, Paul

Par Michel Gorand

Né le 27 octobre 1931 à Héricourt (Haute-Saône) ; facteur puis intérimaire ; membre du bureau de la Fédération des cheminots CFDT (1973-1977).

Le père de Louis Rothenbühler, d’origine suisse, était forgeron chez Peugeot à Sochaux. Ses quatre enfants furent élevés dans la pratique de la religion protestante.

Après son BEPC, Louis Rothenbühler entra à la SNCF comme élève à Héricourt (Haute Saône) le 1er octobre 1948, puis fut muté à Belfort (Territoire-de-Belfort) le 1er novembre 1949. Il fit son service militaire en Allemagne en 1950-1951, puis réintégra la SNCF à Belfort comme facteur. Il se syndiqua à la CGT en 1956 mais la quitta à cause des événements de Hongrie. Nommé facteur mixte en 1958, intérimaire en 1959, il fit sa carrière essentiellement dans cette filière. Il fut maire de Brévilliers (Haute-Saône) de 1960 à 1965.

Ce n’est qu’après 1968 qu’il se syndiqua à nouveau, mais à la CFDT à la suite de la grève de mai 1968 où il fit partie du comité de grève de sa gare. Il fut secrétaire adjoint du syndicat des cheminots CFDT de Montbéliard de fin 1968 à 1971 et secrétaire du syndicat des cheminots de Belfort de mai 1972 à décembre 1986. .

Il participa à son premier congrès fédéral en 1970. Au moment de la création des unions professionnelles régionales (UPR) en 1971, il devint membre du bureau de l’UPR-CFDT de Strasbourg, chargé de l’action professionnelle et sociale, et le demeura jusqu’à 1982. Chef agent Mouvement en gare de Belfort, il fut élu au bureau fédéral des cheminots CFDT au congrès de Saint-Étienne en avril 1973, puis réélu lors du congrès d’octobre 1976.

Il fut délégué suppléant maîtrise auprès du directeur général de 1975 à 1978, et siégea au comité mixte professionnel Transport et commercial de 1978 à 1981. Dans cette période, il siégea également à la commission mixte du statut sur la réforme de la réglementation du travail (PS4).

Il prit sa retraite avec le grade d’intérimaire de 1ère classe en janvier 1987 et se retira à Saulnot (Hte Saône). Il continua à militer dès sa retraite et siégea au bureau de l’Union régionale des retraités FGTE-CFDT de Franche Comté dont il devint président en 1993 et le resta jusqu’en 2014. Il fut également membre du bureau de l’Union de territoire des retraités (UTR-CFDT) de Hte Saône de 2000 à 2013.

Par ailleurs il fut tout en étant conseiller du salarié de 1988 à 2010.

A partir de 2014 il siégea à la CCAS (commission communale d’action sociale) de la commune de Saulnot

Il s’était marié en 1956 à Brevilliers avec Micheline Perronno ; ils eurent 3 enfants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article8292, notice ROTHENBÜHLER Louis, Paul par Michel Gorand, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 31 mars 2015.

Par Michel Gorand

SOURCES : Arch. PPo, dossier RG n° 492.578, fiche du 15 janvier 1977. — Arch. CFDT. — Notes de Marie-Louise Goergen. — Correspondance avec l’intéressé en 2015. — État civil

Version imprimable Signaler un complément