JOURDAN Casimir

Par Justinien Raymond

Né le 17 août 1854 à Badaroux (Lozère) ; demeurant à Bessèges (Gard) ; marié le 13 mai 1885 ; père d’un enfant ; écrivain public et épicier, Jourdan fut un des initiateurs du socialisme à Bessèges parmi les populations minières. Organisateur en 1880 de la première chambre des travailleurs de Bessèges, il joua un grand rôle dans la grève de décembre 1881 ; il fut d’ailleurs condamné, le 31 mars 1882, par le tribunal d’Alais, à deux mois de prison pour entraves à la liberté du travail.
Jourdan fut élu, le 16 avril 1882, conseiller municipal de Bessèges ; il démissionna en 1884 à la suite de la prorogation des conseils municipaux, car il considérait que celui de Bessèges n’était plus représentatif des opinions de la population. En 1886, il apporta sa caution à la constitution de la « chambre syndicale des travailleurs réunis » fondée cette année-là, dominée par les anarchistes et bientôt dissoute.
L’action militante de C. Jourdan lui avait valu d’autres condamnations que celle déjà citée : le 1er février 1883, vingt jours de prison par la cour d’appel de Nîmes pour outrages envers un fonctionnaire de l’ordre administratif et judiciaire, et, le 13 avril 1883, par le tribunal correctionnel d’Alais, à 25 f d’amende et 500 f de dommages et intérêts pour diffamation. C. Jourdan fut en outre déclaré en faillite de son fonds d’épicerie par un jugement du 12 juin 1886.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article81797, notice JOURDAN Casimir par Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Arch. Dép. Gard, 6 M 1 414 (1). — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes I, op. cit., pp. 284-288, passim.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément