Né vers 1856 ; serrurier ; anarchiste de nationalité suisse ; membre de la fédération révolutionnaire de Lyon.

Huser appartint à la fédération révolutionnaire de la région de l’Est qui, en mars 1881, — c’est-à-dire quelques semaines avant la tenue à Paris du congrès régional du Centre qui marqua la scission entre socialistes et anarchistes — groupait la plupart des anarchistes de la région de l’Est.
Il fut arrêté à la suite des violentes manifestations des mineurs de Montceau-les-Mines d’août 1882 et des attentats à la bombe perpétrés à Lyon en octobre 1882. Impliqué dans le procès dit Procès des 66, il comparut devant le tribunal correctionnel de Lyon le 8 janvier 1883. Selon l’importance des charges retenues contre eux, l’accusation avait classé les prévenus en deux catégories (Voir Bordat). À l’audience, Huser, prévenu de la 1re catégorie, contesta avoir fait partie de la fédération révolutionnaire, comme il se défendit d’avoir été dépêché à Vienne par des membres de la fédération chez une dame Morel pour y prendre de la dynamite et la porter chez Bordat. Il fut condamné, le 19 janvier 1883, à quinze mois de prison, 200 f d’amende et cinq ans d’interdiction des droits civils.

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, 4 M 3. — Le Procès des anarchistes devant la police correctionnelle et la cour d’appel de Lyon, Lyon, 1883.

Version imprimable de cet article Version imprimable