HUGONNARD Émile, dit Michel

Né le 7 août 1859 à Lyon (Rhône) ; menuisier-ébéniste, 110, rue Sully, à Lyon ; militant anarchiste.

Hugonnard appartint à la fédération révolutionnaire de la région de l’Est qui, en mars 1881 — c’est-à-dire quelques semaines avant la tenue à Paris du congrès régional du Centre qui marqua la scission entre socialistes et anarchistes — groupait la plupart des anarchistes de la région de l’Est.
Il fut arrêté le 19 novembre 1882 ainsi que vingt-cinq de ses compagnons à la suite des violentes manifestations des mineurs de Montceau-les-Mines d’août 1882 et des attentats à la bombe perpétrés à Lyon en octobre 1882. Impliqué dans le procès, dit Procès des 66, il comparut devant le tribunal correctionnel de Lyon le 8 janvier 1883. Selon l’importance des charges retenues contre eux, l’accusation avait classé les prévenus en deux catégories. (Voir Bordat). Hugonnard, prévenu de la 1re catégorie, contesta devant le tribunal avoir fait partie de la fédération révolutionnaire. Il fut condamné, le 19 janvier 1883, à six mois de prison, 50 f d’amende et cinq ans de privation des droits civils, peines confirmées par arrêt de la cour d’appel de Lyon le 13 mars 1883.
Hugonnard fut membre du « Groupe de la Guillottière et des Brotteaux », le plus important des groupes anarchistes lyonnais créés au début de 1890 (Voir Blonde).
Avec Dervieux et Puillet, il représenta les anarchistes lyonnais à un congrès des groupes anarchistes de la région organisé à Genève par les anarchistes de la ville, en août 1890, dans le but de regrouper les anarchistes sur le plan régional. Cet essai de regroupement aboutit à un échec. (Voir Dervieux).
Hugonnard fut arrêté préventivement à Lyon, à la veille du 1er mai 1892, ainsi que trente-huit de ses compagnons, sous l’inculpation d’association de malfaiteurs contre les personnes et les propriétés. Quelques jours plus tard, il recouvra la liberté.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article81569, notice HUGONNARD Émile, dit Michel , version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

SOURCES : État civil de Lyon, 3e arr. — M. Massard, Histoire du mouvement anarchiste à Lyon 1880-1894, DES, Lyon, 1954 — Le Procès des anarchistes devant la police correctionnelle et la cour d’appel de Lyon, Lyon, 1883.

Version imprimable Signaler un complément