GOHIER Urbain (Degoulet, dit)

Né à Versailles (Seine-et-Oise), le 17 décembre 1862 ; mort à Saint-Satur (Cher) le 29 juin 1951 ; avocat, journaliste.

Orphelin de bonne heure, Urbain Degoulet fut recueilli et adopté par un nommé Gohier, dont il prit le nom. Après de brillantes études secondaires, il obtint une licence ès lettres et une licence en droit. Il se lança alors dans le journalisme et, en 1884, entra comme rédacteur parlementaire au journal Le Soleil.
Quand l’Aurore fut fondée, Gohier, appelé par Vaughan, en devint l’un des principaux collaborateurs. Partisan fougueux de Dreyfus, il comparut en cour d’assises pour son livre l’Armée contre la Nation ; il fut acquitté. Lorsque Clemenceau eut abandonné l’Aurore, Gohier continua sa campagne antimilitariste, mais l’Aurore fut vendue et Gohier congédié.
Dans l’Yonne, en 1903, il fut poursuivi avec Hervé et acquitté après plaidoirie de Briand. L’année suivante, il rédigeait à lui seul Le Cri de Paris. En décembre 1905, impliqué dans le procès intenté aux dirigeants de l’AIA (Association Internationale Antimilitariste) — Voir Yvetot — il fut condamné à un an de prison et 100 f d’amende et incarcéré à la Santé ; il collaborait alors au Libertaire.
En 1906, Gohier entra au Matin et l’année suivante à l’Intransigeant puis à La Libre Parole. Entre-temps, il s’était fait inscrire au barreau.
Gohier fut violemment attaqué pour sa collaboration à ces journaux. V. Méric prit ainsi sa défense : « ... Tenez pour certain qu’à la Libre Parole comme à l’Intransigeant, à droite ou à gauche, Gohier continuera inlassablement la même besogne et se trouvera, toujours pauvre, toujours désintéressé, du même côté de la barricade » (cf. Les Hommes du Jour, 6 mars 1909).
En 1931, Gohier s’était retiré à Saint-Satur dans sa famille. Durant l’occupation allemande, il collabora à La France au travail.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article80963, notice GOHIER Urbain (Degoulet, dit) , version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

ŒUVRE : Collaborations multiples, plus de 4 000 articles (Le Monde, op. cit.).
Nombreux ouvrages parmi lesquels nous rappelons L’Armée contre la nation, édition de 1899, Paris, XXXIII-364 p., Bibl. Nat. 8° Lb 57/12 232 A.

SOURCES : État civil, Saint-Satur. — Les Temps Nouveaux, n° 36, 6 janvier 1906. — Les Hommes du Jour, 6 mars 1909. — L’Unique, 15 juin-31 juillet 1951. — Le Monde, 4 juillet 1951.

ICONOGRAPHIE : Les Hommes du Jour, 6 mars 1909 (dessin).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément