REITH ou RIETH André [Dictionnaire Algérie]

Par René Gallissot

Cheminot révoqué après les grèves de 1920 ; syndicaliste et communiste d’Algérie ; secrétaire de l’Union régionale d’Algérie de la CGTU ; trésorier adjoint de la Bourse du Travail d’Oran.

Cheminot révoqué lors des grèves de 1920, André Reith écrit aussi Rieth qui est un nom de famille alsacienne, est élu secrétaire de l’Union régionale d’Algérie de la CGTU au congrès extraordinaire du 8 mai 1927. Il succède à Schiavo*, désavoué pour ses positions coloniales. A. Reith représente donc la position conforme à l’orientation de l’Internationale syndicale rouge, et à cette époque, de la Ligue anti-impérialiste suscitée par l’Internationale communiste, qui préconisent la lutte pour l’indépendance des colonies et poussent à l’arabisation du mouvement ouvrier. En 1929, André Reith est trésorier adjoint de la Bourse du Travail d’Oran. Avec d’autres anciens militants, selon un rapport de police de 1930, il lance alors une société d’entreprise de travaux publics qui porte le nom de “ Société d’ouvriers français ” ; le rapport note que leur militantisme se dilue progressivement. En 1935, André Reith ou Rieth aurait toujours été membre du Parti communiste. En 1945, il est encore membre de la CE de l’Union des syndicats CGT.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article7987, notice REITH ou RIETH André [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 7 janvier 2014, dernière modification le 7 janvier 2014.

Par René Gallissot

SOURCES : Arch. Nat., France, Paris, F7 13 130. — Arch. Outre-mer, Aix-en-Provence, 11H58. — N. Benallègue-Chaouia, Algérie. Mouvement ouvrier et question nationale. 1919-1954. op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément