DEJOUX François

Né à Davayé (Saône-et-Loire) le 19 mars 1836 ; frère de Dejoux Louis ; anarchiste lyonnais ; membre de la Fédération révolutionnaire.

Dejoux François entra dans les rangs anarchistes après la condamnation de son frère Dejoux Louis, à un an de prison par la cour d’assises du Rhône en mai 1882. Membre de la Fédération révolutionnaire, qui groupait la plupart des anarchistes de la région de l’Est, il fut secrétaire de rédaction au journal anarchiste L’Étendard révolutionnaire qui, le 30 juillet 1882, succéda au Droit social, premier journal anarchiste lyonnais. Il n’avait sans doute pas la fermeté de convictions et la valeur morale de son frère ainsi que l’atteste un casier judiciaire lourdement chargé de délits de droit commun.
Le 19 novembre 1882, il fut arrêté ainsi que vingt-cinq de ses compagnons à la suite des violentes manifestations des mineurs de Montceau-les-Mines d’août 1882 et des attentats à la bombe perpétrés à Lyon en octobre 1882. Impliqué dans le procès, dit Procès des 66, il comparut devant le tribunal correctionnel de Lyon le 8 janvier 1883. Selon l’importance des charges retenues contre eux, l’accusation avait classé les prévenus en deux catégories (Voir Bordat). Dejoux, prévenu de la 1re catégorie, fut condamné, le 19 janvier 1883, à un an de prison, 100 f d’amende et cinq ans d’interdiction des droits civils.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article79771, notice DEJOUX François , version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, 4 M 2 et 4 M 3. — M. Massard, Histoire du mouvement anarchiste à Lyon, 1880-1894. DES, Lyon, 1954. — Le procès des anarchistes devant la police correctionnelle et la cour d’appel de Lyon, Lyon, 1883.

Version imprimable Signaler un complément