CORSIN Auguste.

Par Didier Bigorgne

Ouvrier portefeuilliste ; syndicaliste ; militant socialiste (FTSF, puis POSR).

Auguste Corsin exerçait le métier de portefeuilliste. Il participa à la reconstitution du mouvement ouvrier. Il fut délégué de la chambre syndicale des portefeuillistes au congrès ouvrier de France qui se déroula du 2 au 10 octobre 1876 à Paris et intervint pour affirmer que le congrès ne devait comprendre que des travailleurs manuels, des champs ou des villes, et des Français pour éviter que l’administration ne puisse « y voir de l’Internationale ». Voir Fauché. Il milita alors au Parti ouvrier qu’il représenta aux élections municipales de 1881 dans le XIè arrondissement, quartier de La Roquette. Il recueillit 633 suffrages sur 7809 votants.

Après la scission de Saint-Etienne en 1882, Auguste Corsin rejoignit la FTSF. Il assista à son congrès national qui se tint à Paris en 1883 : il était délégué du cercle du quartier de la Folie-Méricourt (XIè arrondissement). Il fut membre du Comité national en 1884-1885. Il participa au congrès de Châtellerault qui s’ouvrit le 9 octobre 1890 ; il représentait les groupes parisiens du XXè arrondissement, « La Solidarité du Père-Lachaise » et le groupe de Saint-Fargeau, le cercle du XXè.

Après la scission, il suivit les allemanistes et fit partie des militants qui s’engagèrent dans la constitution du POSR. Le 21 octobre 1890, il devint membre de la commission exécutive de l’Union Fédérative du Centre. Le 17 novembre suivant, il fut chargé de regrouper les forces allemanistes dans le XXè arrondissement. Il continua de militer au Groupe central de l’arrondissement.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article79353, notice CORSIN Auguste. par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 31 août 2016, dernière modification le 31 août 2016.

Par Didier Bigorgne

Sources : Le Parti Ouvrier, 1890 à 1893.— Michel Offerlé, Les socialistes et Paris, 1881-1900. Des communards aux conseillers municipaux, thèse de doctorat d’État en science politique, Paris 1, 1979.— Didier Bigorgne, Les allemanistes (1882-1905). Itinéraires, place et rôle dans le mouvement socialiste français, Thèse de doctorat, Université de Paris 13, 2001

Version imprimable Signaler un complément